La direction de la St Andrew’s School, gérée par le Diocèse anglican, a enclenché la semaine dernière des discussions avec les différentes composantes de la communauté scolaire sur le projet de Nine-Year Schooling. Les responsables de cet établissement confessionnel ne sont pas contre le concept de réforme de l’éducation, mais l’entrée dans la formule proposée mérite, selon eux, une réflexion approfondie. Notamment dans la structure de Form I à VI, sur laquelle ils expriment un ardent désir de maintien du système actuel. Mgr Ian Ernest, Évêque de Maurice, a ainsi fortement insisté sur les caractéristiques d’une école chrétienne et a demandé de ne pas s’écarter des objectifs fixés par les fondateurs de cet établissement lors des décisions pour son orientation future.
C’est à la requête de Mgr Ian Ernest que la direction de l’école St Andrew’s a organisé une matinée de réflexion la semaine dernière sur le plan de réforme du système éducatif. Les personnes présentes étaient des chefs de département et Section Leaders de l’école, des représentants de l’administration, des membres du board of governors, des représentants du Students Council et de la PTA. Le manager et recteur du Rodrigues College (autre établissement du diocèse anglican) y ont participé aussi.
Selon l’évêque de Maurice, un tel exercice avec tous les stakeholders du collège est « primordial » pour permettre aux responsables de discerner dans quelle direction ils doivent mener l’école dans les années à venir. « D’abord, il nous faut connaître le contenu de ce plan de réforme et quelle est la philosophie derrière ce projet. It is our duty as the leaders of our schools to recognise that the depth and detail of information that we would collect through an interactive discussion will help us to build up a comprehensive picture of the strategic direction that we should take », a dit Mgr Ernest aux participants. « Il serait bon, ajoute l’évêque de Maurice, que les responsables de l’établissement discutent aussi avec les autorités de l’Éducation et qu’il y ait des échanges avec les autres partenaires de l’éducation nationale. »
Florianne Laventure, rectrice de la St Andrew’s School, affirme au Mauricien que cette “brainstorming” a été bénéfique et que la discussion se poursuit à plusieurs niveaux de l’école. « Nous avons eu une très bonne consultation. Nous avons passé en revue les points positifs de ce projet ainsi que les zones d’ombre. Nous avons aussi réfléchi aux enjeux de ce projet de réforme pour le collège. Il y a eu beaucoup de questions ce jour-là et, comme tous les autres partenaires de l’éducation nationale, nous attendons des précisions sur plusieurs aspects de ce plan de réforme, surtout concernant la mise en pratique du projet », dit Florianne Laventure. Cette dernière fait aussi ressortir que l’école est dans la philosophie de “mixed abilities” depuis sa création, caractéristique à laquelle le diocèse anglican accorde beaucoup d’importance dans son projet éducatif. La St Andrew’s School a fêté cette année ses 72 ans d’existence.
Ces premières réflexions au sein de la communauté scolaire de la St Andrew’s iraient dans le sens du maintien d »un collège de Form I à VI. En effet, plusieurs personnes ont émis le souhait « de ne pas casser » le collège. « Nous avons identifié les forces de l’école et il y a un souhait unanime pour qu’on continue avec la structure d’un “full” collège, c’est-à-dire de Form I à VI. Nous n’avons pas encore pris de décision finale », dit, sur un ton prudent, un membre du board of governors au Mauricien.
Par ailleurs, dans son intervention ce jour-là, l’évêque de Maurice a réaffirmé l’engagement de l’Église anglicane dans l’éducation des jeunes Mauriciens, indistinctement, et a souligné l’importance de l’éducation religieuse dans le projet éducatif du diocèse anglican. « Our schools are to provide religious education programmes that will encourage our students to think, question, challenge, investigate and reflect in their quest for truth and for a sense of purpose to their lives. Through these programmes our young people may learn and make informed decisions on matters of faith and ethical behaviour. »
Il est important aussi, a ajouté Mgr Ernest, que les gestionnaires des écoles anglicanes respectent les objectifs et « stick to the core values » définis par ceux ayant fondé ces établissements. L’évêque de Maurice en a énuméré sept : 1) offrir une éducation dynamique dans un esprit de continuité; 2) valoriser l’effort et la persévérance intellectuelle; 3) soutenir le développement intégral de l’individu; 4) promouvoir un vivre-ensemble discipliné et sécurisant; 5) offrir une éducation inclusive et adaptée aux divers besoins et aptitudes; 6) affirmer la dignité de toutes les personnes; et 7) encourager la responsabilité sociale et l’éthique.