Depuis bientôt trois semaines, le ministère de l’Éducation a entamé une série de rencontres avec les diverses parties prenantes de l’Éducation nationale pour leur présenter son plan de Nine-Year Schooling. Hier, c‘était au tour du syndicat d’enseignants des collèges d’État d’en prendre connaissance. La ministre Leela Devi Dookhun y a fait part de sa détermination à faire aboutir ce projet et qu’elle ferait tout pour convaincre les éventuels réticents. Au cas où ces propositions passeraient la rampe, les élèves qui seront en Std V l’année prochaine seront les premiers à passer le nouvel examen de fin d’études primaires, qui sera introduit en 2017. La compétition sera toujours intense pour être admis dans les collèges régionaux les plus cotés. Les parties prenantes du primaire et du secondaire ont jusqu’à la fin de mois pour soumettre leurs commentaires et suggestions avant de finaliser le plan.
La ministre Leela Devi Dookhun et ses proches collaborateurs ont jusqu’ici présenté le projet “Implementing Nine-Year Continuous Basic Education” aux stakeholders suivants : le Bureau de l’éducation catholique, la Fédération des managers des collèges privés, les syndicats d’enseignants et des recteurs des collèges d’Etat ainsi que le syndicat d’enseignants du secondaire privé non confessionnel. Dans les jours qui viennent, il est prévu que le ministère rencontre les syndicats du primaire, les parents et le syndicat des collèges confessionnels.
Il y a, en général, un consensus parmi les professionnels de l’Éducation aussi bien que dans la population pour que tous les enfants mauriciens, indistinctement, restent dans le circuit scolaire pendant au moins neuf ans d’une manière continuelle, et ce dès la première année du primaire jusqu’à la Form III, afin de recevoir une éducation de base solide visant au développement global de l’individu. La philosophie du “Nine-Year Schooling” n’est donc pas contestée, ce qui n’empêche pas des parents de se questionner, principalement sur la formule qu’adoptera le gouvernement pour tester les connaissances de l’apprenant en fin de cycle primaire et pour l’admission au secondaire, ainsi que sur le contenu du programme d’études au primaire et au secondaire.
Le ministère a finalement levé le voile depuis quelques jours sur ses propositions. Voici les points saillants du plan :
– Le terme “Grade” remplacera l’appellation “Std” (au primaire) et “Form” (au secondaire).
– Au bout du “Grade 6” (Std VI), tous les enfants prendront part à un examen national comme c’est le cas actuellement et obtiendront le diplôme Primary School Achievement Certificate (PSAC) au lieu de celui du Certificate of Primary Education. Mais l’obtention du nouveau diplôme sera basée sur deux types d’évaluation, soit l’examen national à la fin du Grade 6 et un contrôle continu pendant l’année de Grade 5 et une partie de celle de Grade 6.
– Quelles que soient leurs performances à la fin du Grade 6, les enfants, indistinctement, seront admis dans un Regional College et passeront au Grade 7 (Form I). Les quatre Educational Zones sont maintenues et les critères pour diriger les élèves vers les établissements régionaux seront les mêmes : choix des parents, performance globale aux examens de PSAC et proximité de la résidence du demandeur. Etant donné que les 11 National Colleges n’admettront plus d’élèves à la sortie du primaire, il se pourrait qu’il y ait une compétition intense parmi les candidats pour décrocher une place dans les établissements régionaux d’Etat et privés les plus cotés actuellement, et dont les noms sont connus de tous.
– Du Grade 7 au Grade 9 les élèves entameront le programme d’études, qui les conduira à un examen national pour l’obtention du National Certificate of Education. L’octroi de ce diplôme sera aussi basé sur la performance à l’examen national à la fin du Grade 9 et sur les notes obtenues au contrôle continu.
– Le ministère propose des collèges spécifiques pour les classes du Grade 10 au Grade 13 (Form IV à Form VI) et qui porteront l’appellation “Academie”. Selon le plan présenté par le ministère, ces “Academies” seront des « Centre of excellence with a specialism in one or more areas ». Pour l’heure, les Academies déjà identifiées sont les 11 National Colleges actuels, mais le ministère invite les collèges privés subventionnés réputés « with a track record » a se joindre à cette formule.
– L’admission dans ces Academies se fera sur une base nationale et tiendra compte des performances des demandeurs à la fin du Grade 9. Les deux principaux critères déjà fixés pour décrocher une place dans ces “centres d’excellence” : « Student performance and aptitude at the National Certificate of Education et student preference for subject combinations. » Toutefois, les élèves qui souhaitent poursuivre leurs études jusqu’au Higher School Certificate dans les collèges régionaux pourront le faire. D’après le plan du ministère, ces 11 Academies de l’État seront des établissements mixtes.
– Après le Grade 9, les élèves pourront opter soit pour la filière General Education, soit pour celle de la Technical Education, et pourront, d’après leur choix, prendre part aux examens de SC (General) ou SC (Technical).
À souligner que le plan fait mention de l’organisation de “remedial classes” au secondaire dès le Grade 7 (Form I) à l’intention des élèves étant académiquement faibles et, pour cette catégorie d’apprenants, le programme d’études menant au National Certificate of Education sera étalé sur quatre ans au lieu de trois.