Déception et colère. Tels sont les deux sentiments qui animent les professionnels engagés dans l’éducation des enfants handicapés après avoir constaté ce qu’ils considèrent comme un « oubli » des acteurs ayant élaboré le plan du Nine-Year Schooling concernant la place de cette catégorie d’enfants dans ce projet de réforme. « L’enfant handicapé n’est pas dans le “Nine-Year”. Où est-il donc ? » se demande Irène Allesandri-Boullé, directrice des écoles APEIM. L’ONG Inclusion Maurice, qui milite pour les droits de la personne handicapée, discute avec ses membres de cette question et communiquera sa position dans un document qu’elle expédiera la semaine prochaine au ministre de l’Éducation et à toutes les parties concernées.
« Pas une ligne, pas un mot sur l’enfant handicapé dans ce document du Nine-Year Schooling que la ministre de l’Éducation a présenté officiellement la semaine dernière », relève Jocelyne Beesoon, présidente d’Inclusion Maurice. Elle ajoute qu’elle a examiné en profondeur le document plusieurs fois de peur qu’un paragraphe parlant des handicapés lui ait échappé. « Manifestement, les enfants handicapés sont les grands oubliés de ce projet de réforme. Je suis révoltée. Si on n’élève pas la voix, si on ne descend pas dans la rue pour protester, les décideurs oublient l’enfant handicapé… Et pourtant, le pays a signé bien des conventions pour le respect des droits de tous les enfants indistinctement », rappelle la présidente d’Inclusion Maurice. Cette organisation milite pour l’intégration de la personne handicapée dans toutes les sphères de la vie sociale et dans le domaine professionnel. Elle regroupe à ce jour quatorze associations oeuvrant auprès des enfants et des adultes handicapés. Les responsables d’Inclusion Maurice ont nommé un comité pour rédiger le document qui sera envoyé la semaine prochaine aux autorités.
Il y a une profonde colère et un certain découragement parmi les parents ayant à leur charge un enfant handicapé. « Il n’y a rien dans ce plan pour nos enfants qui vivent avec un handicap, pas même une virgule… J’ai un gros chagrin de voir que mon enfant a été complètement oublié et j’ai l’impression qu’il ne fait pas partie de la République de Maurice », confie au Mauricien Géraldine Aliphon, mère d’un enfant autiste de onze ans et fondatrice et directrice de l’Association Autisme Maurice. « Nous sommes d’autant plus en colère que les special needs schools avaient été ignorées dans le dernier budget », poursuit-elle.
À l’APEIM, les responsables et le personnel sont décontenancés par ce qui, selon eux, ressemble à un « manque de considération » des concepteurs du Nine-Year Schooling pour l’éducation de l’enfant handicapé. Ils espéraient une nouvelle politique, une nouvelle stratégie des gouvernants pour l’intégration des enfants handicapés à la vie scolaire normale et qui tienne compte des changements dans la société. « Bien sûr que nous sommes inquiets parce qu’on n’a rien prévu pour l’enfant handicapé », fulmine Irène Allesandri-Boullé. « Il ne faut surtout pas croire que les classes de Remedial Education qui sont mentionnées dans ce plan de réforme concernent les enfants avec de lourds handicaps. Elles visent les enfants en difficulté d’apprentissage », souligne la directrice de l’APEIM.