La ministre de l’Education Leela Devi Dookun-Luchoomun a présenté officiellement son projet de réforme hier. La Nine Year Basic Continuous Education éliminera le CPE et tous les enfants seront promus automatiquement au collège. Ce n’est après trois années qu’un autre examen déterminera s’ils continueront dans la filière académique ou technique. Toutefois, la méthode utilisée pour départager les enfants dans certains collèges régionaux, qui se retrouveront avec de fortes demandes après l’élimination des “national colleges”, est encore floue.
Leela Devi Dookun-Luchoomun a présenté hier son projet de réforme de l’éducation. Il s’agit de la même ébauche (voir encadré) présentée aux différents partenaires depuis quelques semaines, avec le remplacement du CPE par un nouvel examen et l’adoption d’un système de collège unique, qui éliminera également le problème des « recalés ».
Toutefois, la ministre de l’Education n’a pas été en mesure d’éclaircir certaines zones d’ombre évoquées par différents observateurs ces derniers jours. En premier lieu demeure la question de l’admission dans les collèges. Avec l’élimination des collèges nationaux, ce sont les collèges régionaux bien cotés qui se retrouveront avec de fortes demandes. Comment les autorités procéderont-elles pour admettre les enfants dans ces collèges ?
À cette question du Mauricien, Leela Devi Dookun-Luchoomun a répondu : « Nous avons un système, nous ne pouvons éliminer ce système complètement. Mais même les enfants qui n’ont pas atteint le niveau seront admis dans tous ces collèges. Qu’ils soient les meilleurs ou les moins bons. Il y aura une classe d’élèves n’ayant pas eu le temps d’atteindre le niveau et on leur donnera cette possibilité-là dans chacun de ces collèges. » Et en cas de demandes supérieures à la capacité d’un collège, Leela Devi Dookun-Luchoomun déclare : « C’est toujours comme cela dans n’importe quel système. Les parents ont une liste de priorités. L’enfant qui n’a pas pu être admis dans un collège ira dans un autre. »
Quant à savoir si les résultats du Primary School Achievement Certificate serviront à départager les enfants, la ministre répond : « J’ai dit que même les enfants qui n’ont pas le niveau auront leur place. Cela veut dire que les résultats ne sont pas primordiaux. » À ce jour, trois critères ont été élaborés pour l’admission au collège (Grade 7), soit le choix des parents, le “grading” global et la proximité. Les quatre zones actuelles resteront inchangées. À partir de janvier 2018, il n’y aura pas d’admission dans 11 collèges nationaux? qui deviendront des académies.
Les enfants qui n’auront pas « atteint le niveau » à la fin du Grade 6 iront au collège mais auront à compléter quatre années d’études, au lieu de trois pour les autres, avant de choisir une filière. Dans ce contexte, le prévoc sera éliminé, mais les enseignants seront intégrés dans le nouveau système. Quant à savoir si tous les collèges auront le même niveau, Leela Devi Dookun-Luchoomun a déclaré que « ce sont les “star students” qui font les “star schools” ». Pour elle, tous les collèges sont aptes à offrir la même qualité d’éducation. À la fin du Grade 9, le National Certificate of Education permettra de diriger les élèves vers des académies spécialisées, pour poursuivre les études académiques, ou vers les collèges vocationnels. Quatre nouvelles écoles polytechniques seront aussi mises sur pied dans les quatre zones pour permettre à ceux optant pour la filière technique de compléter leurs études secondaires.
Dans le concret, la réforme passera tout d’abord par une refonte du préscolaire. Les pédagogues travaillent déjà sur la question, de même que sur une révision du programme d’études du primaire. « Les enseignants bénéficieront aussi d’une formation appropriée. Il y a déjà un gros travail qui se fait au niveau du MIE. Les responsables des écoles seront aussi impliqués et nous allons revoir le rôle des inspecteurs. »
Le Primary School Achievement Certificate (PSAC), qui remplacera le CPE, sera, lui, divisé en core subjects (mathématiques, français, anglais, sciences, histoire/géographie, langues asiatiques ou kreol morisien) et les non-core subjects, au choix (IT Skills, Communication Skills, éducation physique, art…). Le premier groupe d’enfant qui passera cet examen en 2017 aura seulement les Communication Skills comme évaluation pour les non-core subjects. L’année suivante, les IT Skills seront aussi introduits.
L’examen des core subjects se fera en deux parties pour Sciences et Histoire/Géographie, soit un premier à la fin du deuxième trimestre en Grade 5 (Std V) et une deuxième partie à la fin du Grade 6 (CPE) avec les autres core subjects. Concernant l’évaluation continue (“school based assessment”), qui suscite des interrogations, la ministre a fait comprendre que le Mauritius Examination Syndicate (MES) agira comme modérateur et préparera des outils d’évaluation.