La Commission éducation du MMM s’est exprimée hier sur le projet “Nine-Year Schooling” proposé par le gouvernement. Tout en affirmant son soutien à cette initiative de réforme, Steven Obeegadoo, le président du parti, est d’avis qu’il faudrait une meilleure communication et un débat national sur le sujet. Il s’est dit également inquiet concernant la manière dont les étudiants seront répartis dans les différents collèges après le primaire et la Form III. Il se demande également s’il n’y aura pas une « compétition féroce » et une « course aux leçons particulières dès la Form I » pour entrer dans les « académies ».
« Le MMM est pour la réforme », a d’abord tenu à préciser Steven Obeegadoo. Il est d’avis qu’il faut en finir avec la « compétition excessive et la sélection précoce » que représente le CPE. Toutefois, regrette-t-il, aucune présentation officielle n’a été faite sur le projet “Nine-Year Schooling”. « Jusqu’ici, il y a une présentation PowerPoint qui a été faite à des Stakeholders. Mais l’éducation est l’affaire de tous. Dans le passé, quand j’avais fait la réforme, j’avais réuni la presse pour en parler. Il faut également un débat national. À mon avis, pour que la réforme réussisse, il faut avant tout une bonne communication. Nous aurions souhaité plus de transparence à ce sujet. »
Steven Obeegadoo rappelle que le gouvernement MMM-MSM avait, entre 2000 et 2005, fait « la première grande réforme de l’éducation avec le “11 year schooling” », ajoutant : « Sir Anerood Jugnauth y tenait beaucoup. C’est à partir de là qu’on a créé les différentes zones, augmenté le nombre de collèges de 34 à 70 et mis en place la filière prévoc dans les collèges, entre autres. » Il s’est demandé pourquoi ne pas continuer le travail commencé à cette époque et qui a été « défait » par le gouvernement travailliste.  
Rappelant une nouvelle fois que le MMM « défend toutes les initiatives permettant de sortir de l’impasse », Steven Obeegadoo dit toutefois relever des aspects « troublants » dans le PowerPoint présenté. « On dit qu’il y aura un examen qui remplacera le CPE, mais on ne dit pas comment on va attribuer les collèges aux enfants. Y aura-t-il une liste de “ranking” caché au MIE ? Le “A+” continuera-t-il d’exister ? Il faut avoir le courage d’expliquer clairement aux parents ce qu’on compte faire avec leurs enfants. »
Par ailleurs, il s’est demandé qu’elle est l’utilité de cet examen si tous les enfants iront au collège et qu’il n’y aura pas de sélection comme c’est le cas actuellement. Se basant sur une interview de la ministre de tutelle, Leela Devi Dookun-Luchoomun, il s’est dit « inquiet » d’apprendre qu’on évaluera les enfants de Std I pour voir s’ils ont besoin de « remedial classes ».
S’exprimant sur l’examen proposé en Form III, il prévoit qu’il y aura une course aux leçons particulières dès la Form I. De même, il se demande quelle est la « justification » pour sélectionner les enfants pour les « académies » et les autres collèges. « Cela veut dire qu’il y aura deux catégories d’enfants. » De même, il se demande quel sera le rôle du secondaire privé. Il s’est dit d’autant plus sceptique que le projet proposé prévoit le premier examen de Form III en 2020, soit l’année des élections générales. Pour toutes ces raisons, estime Steven Obeegadoo, il est important que la ministre vienne expliquer « clairement et dans la transparence », son projet et proposer un débat national sur la question.