La députée du Ptr Nita Deerpalsing a été très critique envers l’opposition qui a boudé les débats sur le discours-programme hier en fin d’après-midi au Parlement. Elle lui a demandé d’avoir la décence de faire don de ses allocations aux institutions charitables « puisqu’elle est absente de l’hémicycle où l’on est en train de travailler et de débattre de la question “Comment améliorer le quotidien des citoyens ?” ».
Pour Nita Deerpalsing, l’absence de l’opposition aux débats sur le discours-programme hier au parlement est un aveu d’échec. « Elle n’a rien à dire », a-t-elle déclaré avant d’affirmer son appréciation du discours-programme et de reprendre plusieurs éléments de ce document qui concernent l’océan, les technologies de l’information et de la communication (TIC), la population, les crèches de quartier, le projet One Laptop per Child et le programme d’autonomisation économique des femmes.
La députée rouge a déclaré que c’est grâce au Premier ministre Navin Ramgoolam que la grande étendue d’océan qui entoure l’île a été multipliée par des milliers de fois pour que notre zone économique exclusive (ZEE) soit environ 1 100 fois plus grande que notre île. « History should give credit to where it belongs… » a-t-elle dit.
Au chapitre de la communication, la députée a salué la démarche de faire de Maurice une île connectée non seulement en termes de TIC mais aussi grâce au « mass transit system » qui reliera toute l’île du nord au sud. « On est en train de transformer le pays en une cité-État. Cela se voit bien avec le nouvel aéroport qui prend forme sous nos yeux », dit déclaré Nita Deerpalsing.
La députée a estimé que la mise en place des crèches de quartier devrait favoriser l’épanouissement des femmes, leur permettant de travailler. Vingt-cinq seront créées dans les trois prochaines années. Abordant le projet One Laptop per Child, Nita Deerpalsing se dit triste que certains parlent de « laptop zouzou », « alors que ces appareils incluent des learning techniques. They understand nothing and they comment a lot ». Elle a aussi salué l’introduction d’un Safer Community and Neighbourhood Watch, avant de rappeler la « bataille sans relâche » qu’elle a menée pour qu’un casino cesse ses opérations à Quatre-Bornes. « J’en suis fière… » a-t-elle commenté. « Nous n’avons rien contre les casinos mais qu’ils ne pourrissent pas la vie quotidienne des gens », a-t-elle lancé.