Communautarisme. Le mot était sur la plupart des lèvres des orateurs du MMM au congrès de Bel Air, au No 10, ce mercredi 30 octobre. Que ce soit Paul Bérenger, Vinay Koonjul ou encore le Dr Ramloll. Tous ont averti contre “kominalism”.

Vinay Koonjul, candidat au No 10, a soutenu qu’un “spécialiste du communaliste, du divide and rule” a refait surface au No 9, lui qui avait été “zete dan karo kann” en 2014.

Idem pour Parvez Sadul, qui a parlé de “démon communal”. Et d’ajouter : “Le peuple au No 10 est devenu intelligent. Nous ne tomberons pas dans le piège communal”.

“Nous sommes à huit jours des élections générales et, contrairement aux élections passées, labriz kominal li pa la”, a observé le leader du MMM. “Mais comme l’a dit le Dr Ramloll, nous devons être vigilants, surtout envers Pravind Jugnauth”, a-t-il ajouté.

Mélanie Lucien, candidate du MMM au No 10

Mélanie Lucien, candidate au No 10, a rappelé que “ce ne sont pas le pavillons et les posters qui font les élections, mais les gens. Mo pe trouv enn tsunami mov pe vini”.

Son discours a été quelque peu interrompu par des militants qui avaient décidé de bloquer la route principale, au grand dam de la police.

“Zordi ena enn konpetision ant MSM ek travayis. Kisann-la pli voler. Kisann-la Chor, kisann-la Maha Chor”, a relevé Reeaz Uteem. Il s’est demandé quel investisseur se tournerait vers Maurice en voyant les dérives de Pravind Jugnauth et de Navin Ramgoolam.

Ajay Guness s’en est pris aux anciens députés de la circonscription, à savoir Kalyan Tarolah et Sudhir Sesungkur, qui n’ont pas obtenu de tickets avec le MSM.

“Bann dimounn ki pe dir ‘MMM pe perdi sa eleksion-la’, zot pe per”, a relevé Neera Seebarrun, candidate au No 8, confiante en la victoire du MMM.

Govinden Vencatasami, candidat au No 8, a fait état du développement inexistant, dit-il, dans sa circonscription. Si ce n’est le controversé stade de Côte d’Or, devait-il citer.