Après une ambiance des plus calmes le matin, la circonscription No 2 devait connaître une atmosphère de plus en plus mouvementée au fil de la journée, notamment à l’école Guy Rozemont (Tranquebar) et plus particulièrement encore à la Surtee Soonnee Government School (Vallée-Pitot). La densité de la foule dans ce dernier établissement était telle à deux heures de la fermeture des centres de vote que le commissaire électoral, Irfan Rahman, a préféré y rester jusqu’à la clôture au lieu de continuer sa tournée au No 4. Hormis la pluie qui n’a pas duré, la soudaine affluence dans l’après-midi a laissé supputer l’intervention des agents, d’autant que le jour du scrutin était férié et que ce n’est certainement pas le travail qui retenait les électeurs dans la matinée. Des 25 470 électeurs inscrits, 11 195 sont venus accomplir leur devoir civique au No 2, soit un taux de 44% de participation.
Tôt le matin, avant 8h, on pouvait apercevoir les candidats Vasant Bunwaree et Razack Peeroo faire leur tournée à la SSS Seeneevassen. Reza Uteem devait aussi y passer en matinée avant de passer à son tour aux urnes, à Beau-Bassin. Une centaine de mètres plus loin, l’African Electoral Observer Mission procédaient, elle, à l’observation du processus de vote. Ils étaient deux à couvrir les circonscriptions 1 et 2. Parmi leurs critères de surveillance, le respect de la confidentialité, la garantie de l’accès aux urnes, la représentation des partis de l’opposition ou encore le taux de représentation des femmes. Quelques centaines de mètres plus loin, rue Volcy Pougnet, les bases respectives des divers partis, dont le MTM de Bunwaree, se côtoient paisiblement et affichent des couleurs vives. Nous enchaînons les écoles et atterrissons à l’école Guy Rozemont, où les candidats Eddy Sadien (The Liberals) et Thierry Tsang (MAM) expriment leur mécontentement : « Les gens ont tendance à voter pour des partis, mais pas pour une personne qui travaillera pour eux. » Me Yousouf Aboobakar, le président de l’Electoral Supervising Commission, effectue une visite vers 10h : « Le personnel maîtrise bien les procédures », constate-t-il.
Vers 11h, à l’école Surtee Soonnee, établissement au plus grand nombre d’électeurs dans la circonscription, sont déjà postés Anwar Abasakoor (Alliance Lepep), Osman Mahomed, Houssain Atchia (MTM) et Sylvio Tang, ancien travailliste ayant posé en indépendant. Leur but : accueillir les votants et les inviter à voter pour eux.
Fidèle à son habitude, Mahmad Khodabaccus arrive décontracté. « C’est un peu lent ce matin, mais tout va s’accélérer après le déjeuner. Je suis très satisfait et très confiant », nous lâche-t-il. Vers 11h15, la Returning Officer Asha Ramano Egan procède à sa tournée dans l’établissement. Au-delà des clivages politiques, on remarque parfois ces échanges entre candidats de camps adverses, à l’instar de ceux entre Sylvio Tang et Mahmad Khodabaccus ou du premier nommé avec Houssain Atchia. Si avant midi, la pluie persistante n’attirait qu’une foule menue, à partir de 14h, le flux de personnes devait s’épaissir jusqu’à arborer, dans cette école de Vallée-Pitot, de longues files d’attente devant les différentes salles de vote, et ce dans un complet brouhaha . Ce qui devait induire un officier de service à exhorter ceux ayant déjà voté à évacuer les lieux. Arrivé vers 16h30, Irfan Rahman devait y rester jusqu’à la fermeture. « Il y a toujours foule dans cette école. Il y a eu un cas de copie d’un bulletin à Union Park mais l’affaire a été référée à la police. Depuis ce matin, je fais le tour des écoles et je dois avouer que je suis satisfait. La présentation de la pièce d’identité cette année a très bien fonctionné », note-t-il au passage. Jusqu’à la fin du scrutin, ce petit établissement au plus grand nombre de votants a contenu tant bien que mal une foule devenue compacte sur le tard.