PHILIPPE SABABADY

Les cabanes s’allument

Les maisons chantent lumière

Les arbres orgueilleux

Se parent des joyaux juteux.

Les jardins déclament leur verdure

Leurs fleurs ensorcellent.

Leurs sourires sensuels séduisent.

Les sapins s’habillent

De jouets, de colis enrubannés.

La nuit déploie sa nappe étoilée.

Des vallées baignées

De splendeurs captivantes

Attirent des pluies fertilisantes.

Des nuages moutonneux

Courent après une lune

Pleine de charme.

L’homme s’enferme

Dans son silence

Explore ses réflexions.

Il veut appréhender

Les mystères de la vie.

Ses pensées voltigent

De sphère en sphère.

Il veut saisir l’invisible

Il cherche à découvrir

La formule du bonheur

Sa quête millénaire.

Il s’accroche à un idéal

Illusoire, furtif.

Il se fond, confiant

Dans la magie de l’espérance

Il soupire pieusement

Après un lendemain

Auréolé de sublime.

Une étoile lumineuse

Guide des pas indécis.

Il s’avance spirituellement

Vers un univers

Enrobée d’une nuée ineffable

Son âme respirera

Un parfum de pardon.

Debout sur un horizon

Ensoleillé par la grâce

Il contemplera en extase

Des cascades de bonheur

Dévalant les murs du temps.

Il a découvert la route de la paix.

Sur ce chemin intérieur

Il se délectera de

La quintessence de la vie