DST

Nous nous approchons de la période des fêtes et l’esprit de Noël imprégnera le monde entier dans quelques semaines. Cependant, beaucoup de nos compatriotes ne vivront pas la magie de cette fête comme il se doit. Nombreux sont ceux qui dormiront le ventre vide le soir de Noël pendant que plusieurs autres familles se gaveront de rôtis de dinde et de bûches, dont le prix ne cesse d’augmenter d’année en année. Il est lamentable que la difficulté économique des uns fait le bonheur des autres. Plusieurs pensent que cette fête n’est réservée qu’à ceux ayant les moyens, mais moi je pense que la Noël, qui laisse de côté les plus pauvres, ce n’est pas Noël.

Sans aucun doute, les syndicats ont négocié une compensation salariale raisonnable pour nous redonner un sourire éphémère pendant le mois le plus festif de l’année et les ONG, elles, redoubleront d’efforts pour aider les plus démunis et organiser des activités à l’intention des enfants issus de milieux défavorisés. Mais qu’en est-il du reste de l’année ? En effet, rien de tout cela ne pourra changer en profondeur la vie des Mauriciens en la rendant meilleure. On continuera à pointer du doigt les habitants de Résidence La Chaux ou d’autres cités, qui éprouvent encore, en 2018, des difficultés à obtenir un emploi noble sans se faire dévisager, et ce en raison des préjugés faisant partie intégrante de la culture mauricienne.

La période des fêtes cause par ailleurs beaucoup de tort aux animaux également, qui sont victimes de la folie des grandeurs de l’être humain. Une multitude de chiens apeurés souffriront des pétarades qui sont de plus en plus extravagantes (sans oublier que le prix de celles-ci prend chaque année l’ascenseur). L’égoïsme des hommes est également palpable lorsque des concerts ou autres événements – surtout durant le mois de décembre – sont organisés au sein des parcs animaliers. Il faut être bête pour ne pas savoir que la puissance sonore est pénible pour les animaux.

N’est-il pas temps de se poser les bonnes questions par rapport à notre mode de vie ? N’est-il pas temps de se remettre en question par rapport à tout le tort que l’on cause à notre entourage ? N’est-il pas temps de faire les bons choix afin d’assurer l’avenir de générations futures ? Les petits moments d’amour que nous partagerons en famille pendant la période des fêtes nous aideront peut-être à faire le point. Comment faire pour que ceux qui vivent dans la misère ne s’apitoient pas davantage sur leur sort pendant le mois de décembre ? Profitons de ce temps de Noël pour étendre notre liste de personnes à qui on offrira des cadeaux. Nul besoin de dépenser une tonne d’argent, si c’est ça votre problème… Un peu de considération, de temps, un changement dans notre regard envers les autres, des mots gentils, entre autres, sont autant de présents que nous pouvons offrir à Noël. Le matérialisme ne sauvera pas l’humanité, mais l’amour oui. Alors n’attendez plus.

Que les fêtes de fin d’année en famille nous aident à avoir un cœur nouveau. Commençons la nouvelle année avec de bonnes résolutions et rendons ce monde meilleur.