Elle est l’une des figures emblématiques du sport local et incarne l’icône même que les handicapés mauriciens, handisportifs ou pas, ont longtemps manqué. Dans le cadre de notre interview de fin d’année, destinée à un sportif ou une ancienne gloire, nous avons sollicité, cette année, Noemi Alphonse, médaillée d’or au 1500m fauteuil aux 10es Jeux des Iles de l’océan Indien de juillet dernier à Maurice. Elle a surtout été la porte-drapeau du Club Maurice et peut être très fière, étant donné que Maurice a remporté ses Jeux pour la première fois fois en 40 ans d’histoire et qui plus est, remporté un total record de 92 médailles d’or.
Pétillante, solaire et très abordable, la jeune championne dégage beaucoup de sérénité. En somme, elle est très naturelle. Telle qu’on la connaît depuis maintenant plusieurs années. Quelque chose à avoir avec son parcours ? Bien évidemment, car Noemi Alphonse n’est pas seulement un nom, ni une vedette. Elle est bien plus que cela. Elle est surtout une jeune femme bien épanouie et qui, au fil des années, a su se bâtir une réputation de vrai combattante.
Du haut de ses 23 ans, elle affiche beaucoup de maturité et une envie de réussir qui forge le respect. Elle incarne cette jeune génération qui n’a pas froid aux yeux, et qui dit les choses telles qu’elles sont, sans détour. Dans l’interview réalisée mercredi matin avant sa séance d’entraînement au stade Maryse Justin à Réduit, cette référence du handisport local nous confie, à cœur ouvert, la clé de sa réussite, ce pourquoi dont elle se bat, tout en dénonçant l’injustice, la stigmatisation et le manque de savoir-faire de certains. Porte-parole des jeunes et notamment des autrement capables, cette battante au mental d’acier nous parle des difficultés auxquelles font face les sportifs et le rôle de la femme dans cette société dite patriarcale.

Vous avez été au-devant de la scène en cette année 2019, notamment en tant que porte-drapeau du Club Maurice aux 10es JIOI. Noemi Alphonse est-elle toujours la même ou a-t-elle changé ?
Noemi est la même, mais elle a aussi changé à la fois. Je ne n’ai pas pris la grosse tête (rires). Je suis toujours cette personne simple, souriante et facile à vivre. Dans un autre sens, je dirai que j’ai changé. J’ai beaucoup mûri et je suis désormais plus expérimentée après avoir participé à autant des compétitions de haut niveau. Sur le plan physique, j’ai pris beaucoup du muscle et ça, c’est très important pour un sportif de haut niveau.

Il n’est pas donné à tout le monde d’être le porte drapeau de la délégation nationale aux JIOI 2019. Avez-vous ressenti une certaine pression ?
Je me devais de faire bonne impression, car je savais que j’allais être suivie de très près. Bien évidemment la pression était réelle étant donné que j’étais consciente que je n’avais pas droit à l’erreur. Selon moi, si je n’avais pas ramené la médaille d’or, je n’aurais pas été digne d’être porte drapeau (rires). C’est une pression positive et surtout une fierté, voire un honneur, d’avoir gagné et porté haut ce quadricolore. C’est un moment très fort et qui restera à jamais gravé dans ma mémoire.

Il y a forcément quelque chose qui a changé en vous après toute la ferveur engendré autour de ces Jeux. Qu’en pensez-vous?
Je pense avoir gagné en popularité (rires). Les gens me reconnaissent dans la rue et me sollicitent parfois pour une photo. Je pensais qu’après les JIOI, les Mauriciens m’auraient oublié. Mais non. Et cela ne concerne pas que moi, mais aussi mes camarades handisportifs. Cela fait vraiment plaisir d’être reconnu à sa juste valeur. C’est une motivation supplémentaire pour atteindre d’autres objectifs.

On se souvient que vous n’aviez pu participer aux JIOI de 2015 à La Réunion. Quel effet cela fait-il de concourir dans une ambiance pareille et qui plus est, à domicile et devant vos parents et proches ?
Il y a 4 ans, j’ai vécu les JIOI en tant que spectatrice et j’ai ressenti ce frisson qui parcourait mon être quand mes camarades décrochaient leurs médailles. Mais y prendre part devant son public, c’est une sensation qui n’a pas son pareil. J’étais tellement contente de vivre ce moment que j’en avais les larmes pleines aux yeux. En passant la ligne d’arrivée, j’ai fait un tour d’honneur avec le quadricolore. C’est là que j’ai réalisé que j’avais accompli un rêve d’enfant. Voir maman et papa tout émus et fiers de ma performance m’a vraiment fait chaud au cœur.

Etre sur la plus haute marche du podium et entendre Motherland cela fait quoi?
Je n’ai pas de mots pour décrire ce sentiment. C’était vraiment très fort ! J’étais très fière d’être Mauricienne et je le serai toujours. Le public a donné de la voix en m’encourageant et pour moi, c’est un signe de partage et de solidarité nationale très fort.

Vous avez battu cinq records nationaux et remporté une médaille d’or aux JIOI. Etes-vous satisfaite de votre saison ?
Pour être honnête, je ne suis jamais satisfaite (rires) étant une perfectionniste. Mais je suis tout de même contente de mes records nationaux réalisés en 2019. J’ai débuté l’année avec deux records en Australie (100m et 5000m fauteuil). En même temps, je savais que ça allait être difficile de faire mieux qu’en 2018 où, grâce à mes performances, j’avais pu me qualifier pour les Mondiaux de novembre à Dubaï. D’ailleurs, mes performances n’ont pas été satisfaisantes, contrairement à ce que j’avais réalisé en Suisse où j’étais en forme et beaucoup plus à l’aise. J’avais réalisé cinq records nationaux et un record d’Afrique pour l’occasion. On dira dans l’ensemble que la saison a été satisfaisante.

Maurice a décroché 92 médailles d’or aux JIOI. Est-ce que cela veut dire que tout va pour le mieux pour le sport mauricien ?
Non. Alors là, pas du tout ! Décrocher 92 médailles d’or ne veut pas dire que tout est parfait dans le meilleur des mondes pour le sport local. Personnellement, je dirai que nous sommes dans le rouge. Il y a beaucoup de choses à revoir et notamment le cadre dans lequel évolue le sport mauricien. En athlétisme, à titre d’exemple, il y a encore du chemin à faire pour voir émerger d’autres Stephan Buckland, Eric Milazar. Des records tiennent d’ailleurs toujours, plusieurs années après, à l’image de celui de Khemraj Naiko en saut en hauteur.

Nombre de fédérations sportives sont souvent à couteaux tirés. Selon vous, à quoi ces conflits internes sont-ils dus ?
Certains dirigeants ne font pas leur travail et c’est un fait indéniable. Ces dirigeants ont d’autres priorités et c’est flagrant. Les voyages à l’étranger les préoccupent autant que le bien-être de leurs athlètes et l’évolution même de leurs disciplines. Ces dirigeants ne voient pas plus loin que le bout de leur nez. Et c’est dommage. Les conflits internes sont dus au fait qu’ils ne pensent qu’à eux et non aux athlètes qui, eux, se donnent corps et âmes pour faire honneur à leur pays.

Vous avez vous-même souffert d’injustices de votre propre fédération. Avec le recul quel analyse faites-vous ?
Si tout était à refaire, je le referais. Je n’ai pas toujours raison, mais j’estime que je n’étais pas fautive sur certaines injustices dont j’ai fait l’objet. J’ai été suspendue, alors que je ne le méritais pas. J’ai tout simplement dit tout haut ce que tout le monde pensait tout bas. Cela n’a pas plu à tout le monde. Avec du recul, peut-être j’aurais dû m’exprimer différemment sur la forme, mais je ne regrette rien.

D’autres à l’image de Rosario Marianne entre autres, ont dû remuer ciel et terre pour faire rétablir leurs droits. Est-ce normal pour un sportif de haut niveau d’évoluer dans de telles conditions ?
Ce n’est pas normal ! C’est vraiment triste et démoralisant, quand des dirigeants rendent la vie des athlètes difficile. Rosario est un gros bosseur et son objectif est de remporter une médaille paralympique. Ce qui m’attriste énormément, c’est le lot de problèmes qu’il a eu, rien que pour pouvoir s’exprimer en compétition.

Pensez-vous que le sportif est suffisamment soutenu pour espérer briller au plus haut niveau ?
Sincèrement non. Pratiquer le sport de haut niveau est très difficile et n’est pas donné à tout le monde. Je ne parle pas uniquement des handisportifs. Je suis d’accord qu’on nous réclame des médailles. En revanche, lorsqu’un athlète se blesse, on le met de côté, dans un coin ! On lui demande de trouver des solutions à ses problèmes. Et ça, ce n’est pas correcte. Pour progresser, il vous faut aussi participer à un maximum de compétitions à l’étranger. Malheureusement, on n’y peut pas, puisqu’à chaque fois, c’est le même refrain: il n’y a plus d’argent. Tout ce que je souhaite, c’est que cette situation s’améliore. Pour être capable de progresser et de faire davantage honneur, il nous faut plus de moyens. C’est la raison pour laquelle j’estime que toutes les entités concernées doivent fonctionner de paire pour changer les choses. Comme dit le proverbe, il faut deux mains pour faire du son.

On dit souvent que derrière un grand athlète se cache un grand entraineur. Partagez vous cette opinion ?
C’est sûr et certain. Je remercie d’ailleurs infiniment Jean-Marie Bhugeerathee avec lequel je m’entraîne depuis près de 5 ans. Je ne connaissais rien à la course en fauteuil. Je ne savais même pas si cela existait à Maurice. C’est lui qui m’y a initié, entraîné, et c’est grâce à son expertise que j’ai pu me faire un nom sur le circuit local, régional et international. C’est quelqu’un avec un grand cœur et qui œuvre pour le bien-être de ces athlètes.

Vous êtes handicapée de naissance. Le regard des autres a-t-il changé sur vous et les handicapés en général, après autant de médiatisation autour de Noemi Alphonse ?
Il commence à y avoir une évolution. Pas pour certains Mauriciens en revanche. Il y aura toujours des mauvaises langues qui trouveront des choses à dire sur une personne handicapée. C’est vraiment dommage. C’est un processus qui requiert beaucoup de temps et de la patience.

Est-il moins difficile pour un handicapé de se faire accepter dans la vie et de trouver un travail ?
Honnêtement, je dirai que c’est encore toujours difficile, notamment pour ce qui est de trouver un travail. Il y a une perception qui doit changer: les personnes handicapées ne sont pas des incapables. Ils ont aussi beaucoup de qualités. Dans la vie également, ce n’est pas évident. Ce n’est d’ailleurs pas une mince affaire pour ceux se déplaçant en fauteuil, par exemple, de se rendre dans plusieurs endroits. Il faut que tous les bâtiments soient accessibles aux handicapés. Généralement, on ne se soucie que très peu des handicapés même si, comme je l’ai mentionné plus tôt, il y a une évolution.

Pensez-vous que les personnes autrement capables sont mieux considérées de nos jours ou sont-elles toujours victimes de discrimination ?
Les autrement capables sont toujours victimes de discrimination. Mais attention ! Ne jetons pas uniquement la faute sur les personnes valides. Des fois, c’est aussi nous les autrement capables qui sommes responsables de cette situation. C’est une image, un cliché, qu’on nous a transmis. Car on a eu trop tendance à se mettre en tête que nous ne pouvons effectuer certaines choses que font les non-handicapés. Cette attitude, cette façon de voir les choses, doit changer, afin que nous puissions nous-mêmes nous faire accepter. L’effort doit venir dans les deux sens.

Vous êtes désormais une jeune femme bien épanouie avec, qui plus est, une licence en Web & Multimedia Development. Avez-vous déjà des projets personnels ?
Nombreux sont ceux qui me demandent si je vais faire le grand saut dans le monde du travail. Je vous répondrai que je vais prendre mon temps. Pour le moment, mon objectif demeure les Jeux Paralympiques de Tokyo 2020. J’y consacre du reste tout mon temps et ma concentration. Tout dépendra de mes performances. A Maurice, c’est vraiment compliqué de travailler et de faire du sport. A un moment donné, il faudra que je fasse un choix mais pour le moment, je ne veux pas trop y penser (rires).

Changeons maintenant de sujet. Pensez vous que la femme a la place qui lui est due dans la société mauricienne ?
Non, pas du tout et je pèse bien mes mots. Nous vivons dans une société patriarcale où ce sont toujours les hommes qui sont mis en avant. Cette mentalité doit changer, car l’homme et la femme font la paire. L’un ne va pas sans l’autre. De ce fait, la femme devrait bénéficier des mêmes droits. Nous sommes autant capables que vous, messieurs. Et nous, les femmes, nous nous devons être indépendantes.

24 ministres ont été nommés, mais force est de constater que trois femmes seulement ont obtenu un portefeuille ministérielle. Qu’en pensez-vous ?
Je pense sincèrement qu’il fallait beaucoup plus de femmes ministres. Toutefois, je ne peux remettre en cause les compétences des hommes, loin de là. Mais je pense que les femmes sont à même de comprendre certaines choses, peut-être même mieux que les hommes. Nous avons cette forme d’empathie qui nous est propre. Et je pense que pour des postes ministériels, c’est un atout. Si nous prônons l’égalité des genres, cela aurait été bien que l’exemple vienne d’en haut. D’ailleurs, au delà du poste ministériel, pourquoi une femme ne pourrait pas diriger le pays ?

Il y a eu beaucoup de cas de violence envers la femme et malheureusement dans certains cas, des morts. Quel constat faites-vous de cette situation?
Les lois doivent être beaucoup plus sévères en ce qu’il s’agit de la maltraitance envers la femme. Nous, les femmes, avons aussi été trop tolérantes. C’en est trop. Il faut que les choses changent. C’est un phénomène de société qui m’interpelle, notamment parce que je suis une femme.

De nos jours, on constate que le Protection Order ne sert à rien contre les bourreaux des femmes. Comment peut-on mieux protéger la femme, selon vous ?
Il faut que les autorités donnent un signal très fort. Déjà, en cas de violence une première fois, il faudrait protéger la femme et décourager les bourreaux de recommencer. Malheureusement, il y a tellement de cas où il y a eu récidive et pire, mort dans des conditions immorales. Sincèrement, je dis qu’il est grand temps de prendre des sanctions fermes pour marquer les esprits. La femme ne peut plus continuer à être victime de tant d’atrocités. La femme doit se sentir en sécurité, voire aimée.

Vous dites que les femmes sont trop tolérantes. Elles sont donc aussi fautives ?
Oui c’est sûr. Les femmes sont fautives dans le sens où elles laissent souvent, trop souvent, le cœur parler à la place de la raison. C’est un couteau à double tranchant et c’est à ce moment que cela devient dangereux. Nous pensons, par naïveté, que les gens peuvent changer, mais ce n’est malheureusement pas le cas. Ce que je retiens toujours, c’est qu’une fois qu’il y a eu violence envers la femme, cela se reproduira une deuxième fois. Il faut donc avoir le courage d’être ferme et dire assez. Sans cela, vous le savez comme moi, que la femme continuera à vivre un calvaire.

Pour conclure, quel conseil donneriez vous à un jeune qui voudrait suivre les pas de Noemi Alphonse ?
Il ne faut pas forcément faire comme moi, mais mieux que moi. Je pense beaucoup à ceux qui sont dans une situation de handicap. Soyez fort mentalement et acceptez votre situation telle qu’elle est. Je ne suis pas née comme je le suis actuellement. J’ai beaucoup souffert aussi. J’étais une personne renfermée sur moi-même et qui avait honte de ce que je suis réellement. C’est en pratiquant un sport que mon attitude a évolué positivement. J’ai fini par m’accepter et voilà où nous en sommes. Je veux que les jeunes d’aujourd’hui soit aussi réactifs et qu’ils aient confiance en eux-même avant tout.

Et vos objectifs pour 2020 ?
Acheter une voiture. Etant donné que j’ai eu mon permis cette année, je voudrais m’offrir ce plaisir. Sur le plan sportif, mes yeux sont braqués sur les Jeux Paralympiques. Nous sommes d’ailleurs plusieurs à avoir réalisé les minima. J’espère être de la partie après avoir raté les Jeux de Rio (Brésil) en 2016. Quoi qu’il en soit, si je n’y arrive pas, ce ne sera pas la fin du monde. Il y aura toujours des records à aller chercher et pourquoi pas, plus de médailles.

Repères

Noemi Alphonse est née avec une malformation de la jambe gauche et de la main droite. Ce qui ne l’a cependant pas empêché de persévérer dans la vie, malgré des hauts et des bas. à 23 ans d’ailleurs, elle connaît une ascension fulgurante, et ce, en l’espace de 5 ans seulement. Le 27 janvier 2015 restera d’ailleurs à jamais gravée dans sa mémoire. C’est alors qu’elle fait la connaissance de son mentor Jean-Marie Bhugeerathee. Une évidence, étant donné la complémentarité des deux personnages.
Elle participe à sa première compétition internationale en 2015, soit le Grand Prix d’Italie, et remporte sa première médaille d’or au 1500m fauteuil, et une d’argent au 100m et 400m. Sa carrière est alors lancée. Les médailles n’arrêtent pas de tomber, tout comme les records nationaux (100m, 200m, 400m, 800m, 1500m, 5000m, 10 km et 42 km. Grand fan de l’Américaine Tatyana McFadden, véritable légende vivante en paralympiques, Noemi Alphonse rêve d’exploit, à commencer par une première participation aux Jeux paralympiques, l’année prochaine à Tokyo au Japon. Au niveau académique, l’habitante de Sainte-Croix a fréquenté le Père Laval R.C.A School, puis le College Lorette de Port-Louis. Elle détient également une licence en Web and Multimedia Development de l’Université de Maurice.