La Public Service Commission (PSC) a logé sa demande de révision judiciaire pour contester le verdict rendu le 27 février par le Public Bodies Appeal Tribunal (PBAT) au sujet de l’annulation de la nomination de Koshik Reesaul comme commissaire de la National Transport Authority (NTA) lundi. La PSC soutient en outre que le PBAT a « outrepassé ses pouvoirs » et que son verdict « n’est pas raisonnable ». L’affaire a été renvoyée au 15 mai pour que le PBAT réponde à la PSC.
Le commissaire de la NTA, Koshik Reesaul, dont le recrutement avait été contesté par le No 2 de cette instance parapublique, avait signifié son intention de ne pas faire appel en son nom du verdict rendu le 27 février par le PBAT au sujet de sa nomination. C’est la PSC qui a pris les devant, avec une demande logée ce lundi pour une révision judiciaire du verdict du PBAT. Koshik Reesaul se présentera comme co-défendeur dans cette demande de révision judiciaire.
L’adjoint au commissaire à la NTA, Nassir Khadun, s’était senti lésé de n’avoir pu accéder au poste de commissaire de la NTA après le départ du No 1 de cet organisme parapublic en avril 2015, poste qu’il a occupé par intérim jusqu’au recrutement de Koshik Reesaul en décembre 2015. Nassir Khadun avait alors décidé de saisir le PBAT pour contester la nomination de Koshik Reesaul sur la base de ses qualifications et de son expérience. Le PBAT avait conclu par ailleurs que l’attribution des points par la PSC dans la procédure de nomination comportait des irrégularités.Toutefois, la PSC est revenue à la charge avec cette demande de révision judiciaire. L’institution soutient que le PBAT « n’a pas la compétence requise » pour se prononcer sur la conformité des qualifications des candidats, ajoutant ainsi que son verdict est « irrationnel et déraisonnable ». Cette action légale a été déposée devant le chef juge Keshoe Parsad Matadeen en Cour suprême hier. Ce dernier a ajourné l’affaire au 15 mai pour que le PBAT dépose son contre-affidavit.