Un hypermarché a été reconnu coupable en Cour de Rose-Hill de ne s’être pas assuré que la préparation et la conservation de ses aliments soient effectuées dans de bonnes conditions, à l’abri des mouches et autres insectes. Il lui a aussi été reproché d’avoir manqué de donner les instructions nécessaires à ses vendeurs.
Cet hypermarché avait plaidé non coupable sous les trois charges. Toutefois, c’est le témoignage d’un Senior Health Inspector, qui y avait effectué une inspection, qui devait jouer en sa défaveur. L’inspecteur avait effectué cette visite le 15 novembre 2013 en compagnie d’un représentant de l’hypermarché. Il avait décrié la présence de mouches dans la zone de préparation d’aliments en plus d’accumulations d’eaux usées et de restes de nourritures. L’inspecteur avait aussi statué que la zone était propice à la prolifération d’insectes et que l’état de cette zone démontrait qu’elle n’avait pas été nettoyée avant la préparation d’aliments. L’inspecteur avait alors infligé trois amendes à l’hypermarché, soit pour la présence de mouches, pour l’état déplorable de la zone de préparation d’aliments ainsi que pour le manque d’instructions à l’égard des vendeurs. Un représentant de l’hypermarché, appelé à la barre en Cour de Rose-Hill, avait opté pour le droit au silence. Dans ses déclarations “under caution” à la police, le représentant avait fermement nié les trois charges qui avaient été formulées contre la compagnie. L’homme de loi de l’hypermarché avait quant à lui déclaré que la zone de préparation d’aliments était dotée de “flycatchers”, démontrant ainsi que la compagnie avait fait le nécessaire pour assurer la protection des aliments.
La magistrate Sophie Chui ne devait toutefois pas trouver cette déclaration suffisante, trouvant que l’inspecteur avait donné une explication détaillée de la manière dont la zone d’aliments était utilisée. Elle a ainsi accordé plus de crédit au témoignage de l’inspecteur ayant relevé de nombreux points de manque d’hygiène dans cette zone de préparation d’aliments. L’hypermarché a ainsi été reconnu coupable sous les trois charges.