Sada Curpen, accusé de « conspiracy to harm » dans l’affaire du meurtre de Denis Fine, s’était vu imposer un couvre-feu de 19 h à 6 h par la cour intermédiaire quand il a obtenu la liberté conditionnelle. Cependant, le 25 février il ne s’est pas rendu au poste de police de Terre-Rouge selon les conditions de sa remise en liberté provisoire et a ainsi été arrêté par la police hier.
Lors de son arrestation, Sada Curpen a soutenu qu’il s’est évanoui alors qu’il se rendait à Grand-Bassin en voiture le lundi 24 février. Il a expliqué, en présence de son homme de loi, Me Raouf Gulbul, qu’il avait laissé le volant à un ami parce qu’il avait un malaise et peu après s’être évanoui il dit s’être retrouvé dans une clinique. Il a ajouté devant les inspecteurs qu’il n’avait pas l’intention de s’enfuir.
Lors de sa comparution en Cour de Pamplemousses hier, Sada Curpen a répondu d’une charge provisoire de « breach of condition of release ». Il devra demeurer en détention vu que la police a objecté à sa remise en liberté provisoire.