• D’autres produits à venir cette année, en infusion et en capsules

La compagnie Nonico innove. Son fondateur et directeur général, Satish Ramruttun, âgé de 46 ans, parle d’une année de croissance pour son entreprise. En effet, outre son jus de noni 100% pur et naturel, il compte proposer cette année des produits dérivés du fruit, comme les capsules et l’infusion, entre autres. Il veut aussi proposer à ses clients du jus de noni aromatique. Par ailleurs, la compagnie s’apprête à exporter ses produits en France. Rencontre. 

Satish Ramruttun travaille actuellement en étroite collaboration avec le département de recherches de l’Université de Maurice pour présenter d’autres produits médicinaux à base du fruit noni. « Quand j’ai découvert ce que je pouvais produire à partir du noni, je ne voulais pas me contenter de la recette de grand-mère. J’ai alors préparé un produit qui a des vertus médicinales également. Je dois dire que le goût du jus de noni n’est pas agréable. Pour que les Mauriciens l’apprécient davantage, je compte produire des jus avec plusieurs arômes », précise le directeur.

La compagnie proposera également d’autres produits dérivés du fruit, dont une infusion de noni, le jus disponible en capsule et l’huile de noni. Cette année sera aussi l’occasion pour cette entreprise locale d’agrandir son marché. Après Madagascar, Nonico s’apprête à exporter ses produits en France dans un premier temps. Plus tard, elle compte toucher plus de pays.

Autre projet phare cette année : l’acquisition d’un terrain d’une superficie de cinq arpents pour la culture des arbres de noni, certifiée bio. Cela, en vue de produire des fruits pour le projet d’exportation. « Nous nous tournons vers les produits organiques et le projet verra le jour cette année, d’autant que nous aspirons à agrandir notre réseau d’exportation. Cela nous permettra également d’être autosuffisants et de produire des matières premières de qualité », souligne le directeur.

Retraçant son parcours d’entrepreneur, Satish relate qu’il a abandonné les études après le Lower VI pour entreprendre des études avancées en gestion. Ses études accomplies, il a travaillé pour le compte de certaines compagnies du privé. Toutefois, Satish aspirait toujours à devenir entrepreneur. « Aucun membre de ma famille n’est entrepreneur. Je voulais en devenir un car je souhaitais pratiquer un métier qui est complètement différent de ceux pratiqués par mes proches. J’ai travaillé dans les entreprises privées afin d’acquérir de l’expérience. Avant la création de Nonico, je me suis aventuré dans plusieurs autres domaines mais malheureusement, les projets n’ont pas abouti. Finalement, j’ai vu mes rêves se réaliser en créant Nonico », affirme Satish. 

Selon ce dernier, sa compagnie a vu le jour grâce à un partenaire étranger qui lui a fait découvrir les bienfaits du fruit noni. « Alors qu’il était de passage à Maurice il y a douze ans, cette personne a vu un arbre de noni. C’est elle qui m’a proposé de me lancer dans la production du jus de noni. J’étais surpris car à Maurice, les gens ont tendance à n’utiliser que les feuilles de cet arbre, connues comme feuilles de tortue, pour soulager les douleurs corporelles. On disait que son fruit n’était pas comestible car il contenait du poison. Or ce même fruit contient d’innombrables bienfaits. Donc, personne n’a jamais eu l’idée de produire du jus de noni. Pourtant ce produit est très demandé à l’étranger », explique Satish.

Avec le soutien de son partenaire, Satish fonde une compagnie pour la production du jus de noni et la baptise Nonico. Toutefois, il avait des doutes par rapport à la réussite de ce commerce. « Je voyais un avenir sombre. L’arbre de noni est un arbre tropical disponible partout à travers Maurice. Les Mauriciens croyaient que les fruits sont empoisonnés. Donc, il y avait un vrai défi à relever. L’avenir de mon entreprise dépendait énormément de la réaction des consommateurs mauriciens », précise l’entrepreneur.

Satish décide quand même de tenter sa chance. Son partenaire ayant acquis de la connaissance sur la préparation du jus de noni lors d’un voyage à Hawaï, il la partage avec lui. Satish prend alors contact avec le département de recherches à l’Université de Maurice pour approfondir ses connaissances sur les bienfaits du noni et apprendre surtout à préparer une substance médicinale à partir de ce fruit. Il a aussi bénéficié de l’expertise de l’industrie agronome. Satish commence ensuite à préparer du jus de noni dans sa cuisine. « Le produit a été testé à plusieurs reprises par le Mauritius Standard Bureau (MSB) et il répond à toutes les normes, surtout celles du ministère de la Santé. Nous avons alors eu le permis de le vendre dans les pharmacies », dit-il.

Il lui a fallu cinq ans pour conquérir la clientèle locale. « Si c’était un produit importé, les Mauriciens lui auraient fait confiance plus facilement. Mais il était difficile de les convaincre des bienfaits du jus de noni. Donc, je dois dire que le parcours a été très difficile au début. Nous avons dû mener une campagne pour que le produit pénètre le marché local. Par ailleurs, il était difficile de trouver les fruits. Il n’y avait pas alors de verger de noni à Maurice. Nous avons dû louer des terrains pour cultiver nos propres arbres de noni. À ce jour, nous cultivons des arbres de noni sur une superficie d’environ un arpent », explique l’entrepreneur.

En 2006, Satish ouvre un atelier à Montagne-Longue, non loin de ses vergers pour faciliter le transport des fruits. Il s’occupe personnellement de la préparation du jus de noni. Ensuite, le produit est commercialisé en trois logements, 250 ml, 500 ml et un litre. Les produits sont disponibles au point de vente de la compagnie à Terre-Rouge, dans toutes les pharmacies ainsi que dans plusieurs supermarchés à travers le pays. En 2008, Nonico se lance également dans l’exportation de son produit vers Madagascar.

Les bienfaits du fruit de noni

Selon Satish Ramruttun, les Mauriciens sont toujours à la recherche de certains bienfaits, notamment pour le contrôle du diabète, de l’hypertension, des cellules cancéreuses, la perte de poids, les problèmes de dermatologie et les problèmes artériels. Ce qui a d’ailleurs encouragé Satish à se lancer dans cette aventure, pourtant incertaine au début. « Le produit vient soulager ces cinq éléments très importants chez une personne malade. D’où la raison pour laquelle, malgré un départ difficile, il y a aujourd’hui un marché très ouvert pour le jus de noni. Les Mauriciens ont certes pris du temps mais ils ont fini par accueillir favorablement notre produit. Je compte également quelques clients étrangers qui viennent en vacances à Maurice et rapportent le jus de noni dans leur pays pour l’offrir à leurs amis et proches. D’ailleurs, j’aspire à créer des coffrets avec une gamme de produits noni que les touristes peuvent acheter au stand de la Mauritius Duty Free Paradise à l’aéroport pour offrir en cadeau », dit-il.