Le chauffeur de taxi Seewoosing Dayal, alias Ashish, déjà en état d’arrestation lors de la saisie d’héroïne d’une valeur marchande de Rs 105 millions dans un bungalow à Pereybère, a mené des limiers de l’Anti-Drug and Smuggling Unit à une importante cachette du réseau mené par le Parrain de l’Ouest. Sur la base d’informations recueillies dans le cadre de l’enquête, une escouade de l’ADSU de Plaine-Verte a monté une importante opération dans la forêt Daruty à Petit-Raffray en présence de ce suspect, considéré comme étant la main droite de Rudolf Dereck Jean Jacques, dit Gro Dereck, âgé de 24 ans et habitant Cité Richelieu. Des colis contenant de l’héroïne, dont le poids varie de 255 à 562 grammes – soit un peu plus de cinq kilos au total – et d’une valeur marchande de Rs 75 millions y ont été déterrés et placés sous scellés à des fins d’analyse.
Compte tenu du développement intervenu dans la soirée de mercredi, le cas du dénommé Gro Dereck, présenté comme étant le Parrain de l’Ouest, qui a été appréhendé par l’ADSU lors d’une opération vendredi, devient de plus en plus compromettant. De nouvelles graves allégations sont portées par le chauffeur de taxi, habitant avenue Ollier à Quatre-Bornes, contre son « boss ». À la découverte de ces colis, soigneusement emballés et préservés avant d’être mis sur le marché, Ashish Dayal a tout simplement lancé aux limiers de l’ADSU présents sur les lieux « sa mem sa parcel heroin ki Gro Dereck finn donn mwa pou gardé la sa ».
Au lendemain de son arrestation le 18 juillet, le chauffeur de taxi n’avait pas hésité une seule seconde à formuler des allégations selon lesquelles de l’héroïne d’une valeur de Rs 105 millions – saisie à Pereybère – lui avait été confiée par le « boss » Dereck à des fins de distribution. Sur la base des preuves fournies par ce suspect aux enquêteurs de l’ADSU, le Parrain de l’Ouest, qui rejette en bloc les accusations portées contre lui, a été placé en détention policière.
Depuis le début de la semaine, les séances d’interrogatoire du chauffeur de taxi dans les locaux du Central CID, munis de caméras vidéo, ont ouvert de nouvelles pistes sur le Modus Operandi du Parrain de l’Ouest. Dans un premier temps, il a fait des révélations sur ses liens étroits avec Rudolf Dereck Jean Jacques en matière de trafic de drogue. Il affirme qu’il était le véritable homme de confiance du trafiquant allégué en ce qui concerne l’organisation des opérations de vente.
En vue de prouver ses dires, Ashish Dayal a révélé aux officiers de l’ADSU qu’une importante quantité d’héroïne avait été dissimulée dans un endroit spécifique dans le nord de l’île. Mercredi soir, l’escouade de l’ADSU de Plaine-Verte a effectué une descente des lieux à la forêt Daruty, Forbach, Petit-Raffray, sur la base des indications fournies par ce suspect.
Sur les lieux, Ashish Dayal avait emprunté un chantier dans la forêt les menant vers une meule de roches entre deux grands arbres. « Alalila missié lamem mo ti enterr sa parcel héroïne pou Dereck la », devait déclarer le chauffeur de taxi aux membres de l’ADSU assurant son escorte. Il était peu avant 20 heures quand les premiers coups de pioche ont été donnés sur les lieux.
Un premier sac en plastique a été déterré et le poids était jugé relativement lourd. Ce sac contenait une série de colis bien sécurisés avec de la tresse isolante de couleur noire. Les 11 colis dénombrés recelaient différentes quantités d’héroïne, avec le poids variant de 255 grammes à 562 grammes.
Le chauffeur devait de nouveau revenir à la charge avec des allégations contre Gro Dereck de Richelieu. « Sa mem sa parcel heroin ki Dereck finn donn mwa pou gardé la sa », s’est-il appesanti. Les 11 colis d’héroïne saisis ont été soumis au Forensic Science Laboratory à des fins d’analyse en vue de déterminer le degré de pureté de la drogue.
En cette fin de semaine, le suspect Dayal doit compléter ses aveux à l’ADSU au sujet des activités de ce réseau de trafic de drogue avant que Gro Dereck ne soit confronté à ces allégations en présence de son homme de loi en début de semaine prochaine.
Du côté de l’ADSU, les informations et détails révélés par le chauffeur de taxi d’Ollier, Quatre-Bornes, sont analysés minutieusement. Une certitude : la source d’approvisionnement du marché local en héroïne est Madagascar. La technique utilisée par les trafiquants est que les colis d’héroïne, hermétiquement scellés, sont jetés en mer au large de Baie-du-Tombeau. En vue de ne pas éveiller des soupçons, des flotteurs artisanaux sont utilisés pour permettre aux plongeurs du réseau de récupérer la marchandise sur les instructions du Parrain.
En marge de l’interrogatoire de Gro Dereck la semaine prochaine, l’ADSU a entrepris un exercice d’Audit Trail sur les avoirs de ce suspect, notamment la flotte de grosses cylindrées roulant pour le réseau, les transactions bancaires et en devises étrangères.