Le Yaum-un-Nabi, anniversaire du prophète Mohamed, longtemps oublié ou célébré avec peu d’intérêt dans les régions rurales, a connu une autre dimension cette année. Les Mauriciens de confession islamique étaient nombreux à célébrer cet événement dans leur localité, le jour même de la célébration nationale qui a eu lieu au collège Aleemiah à Phoenix. Une différence de taille : les politiciens étaient absents au cours de cette fête célébrée hier avec faste à Triolet et à Plaine-des-Papayes.
On n’avait rien vu de tel dans le Nord depuis des décennies : des dizaines de véhicules décorés aux couleurs de l’islam et transportant des centaines de personnes, sillonnant les rues de Triolet, traversant Morcellement St-André, Plaine-des-Papayes et Fond-du-Sac avant de rallier Triolet à nouveau, où des centaines de musulmans se sont donné rendez-vous dans les mosquées pour célébrer le Yaum-un-Nabi.
C’était la même ambiance à Plaine-des-Papayes où, pour la première fois dans l’histoire du village, les habitants ont vu un défilé de la sorte organisé par la Young Muslims Association et la Musjid Allah Madad Society. « Ces défilés, ont fait ressortir plusieurs participants, témoignent de la diversité religieuse et culturelle qui cohabite paisiblement dans notre pays. » « On y voit toutes les couleurs de l’arc-en-ciel mauricien tout le long de l’année sur nos routes. »
Dans leurs interventions à cette occasion, les différents maulanas et imams ont tous mis l’accent sur les qualités du prophète, les valeurs humaines qu’il a prêchées, les différentes facettes de sa personnalité en tant qu’humain, époux, père, dirigeant politique et chef d’État. Ils ont tous estimé que le prophète était un homme humble et un modèle parfait pour l’humanité. La Young Muslims Association a profité de cet événement pour organiser quelques activités autour de l’islam tels des compétitions de récitations des naats (chants religieux) et du Quran et des quiz sur l’islam.