L’on sera nombreux en ce 31 décembre à faire le décompte pour l’arrivée du Nouvel An à minuit pile. Pendant ce temps-là, nos seniors attendront comme des enfants impatients l’arrivée de leurs proches. Pour cette St-Sylvestre, Week-End a décidé de passer un peu de temps avec les habitants de la Nightingale Residential Care Home, sise à la rue Lees, à Curepipe. Une touchante rencontre pour finir cette année en beauté.

Le temps s’est arrêté. Dans la fraicheur curepipienne, derrière de grands murs en pierre, se trouve la Nightingale Residential Care Home. Il fait beau lorsque nous décidons de rendre visite aux 13 résidents. « Sa madam-la inn amenn bonbon pou ou », dit Jane Dax, directrice de la maison de retraite, à Thérèse, ancienne speakerine à la radio. Il était impératif de se pointer là-bas avec quelques bonbons pour le grand bonheur de la résidente, friande de sucreries

Quand nous arrivons, quelques proches aussi passent dire bonjour à leurs parents. « C’est la saison, les proches sont nombreux à rendre visite à leurs parents ici », confie Jane Dax. Lorsque nous arrivons à la maison de retraite, les petites mamies se prélassent au soleil. Le salon est décoré. L’ambiance festive y est. « J’avais apporté des petits chapeaux de Noël. Malheureusement je n’ai pas pensé à prendre des photos », lance Jane Dax.

En effet, les festivités ont commencé depuis le début du mois de décembre pour nos seniors, alertes et vifs , malgré la vieillesse. Jane Dax aime son métier et c’est d’ailleurs pour cela qu’elle tient absolument à donner un sentiment d’appartenance aux résidents. Sa recette pour y parvenir : beaucoup de temps, d’amour et d’attention. « Les personnes âgées ont leurs petits caprices. Même si l’on perd parfois patience, il faut les écouter. Elles ne demandent qu’un peu d’attention », confie la directrice de la Nightingale Residential Care Home.

Par ailleurs, une prière hindoue et une messe ont été dites pour le plus grand bonheur des habitants en début du mois. « Ils s’étaient tous mis sur leur 31. C’était vraiment très beau à voir ! Et ils ont participé aux deux prières sans exception. » Un événement très important pour ces résidents qui ne peuvent pas, pour la plupart, se déplacer. Et surtout une occasion pour sortir sa tenue du dimanche ! La coquetterie à l’état pur.

Les résidents de la maison de retraite ont appris à se connaître et sont devenus, au fil du temps, des amis. Ils se sont construit une seconde famille. Le 23 décembre a ainsi été marqué par la visite de la famille Brelu-Brelu qui a tenu à organiser une petite fête pour les hôtes de Nightingale. Une veillée fêtée dans la bonne humeur avec notamment la prestation plébiscitée de Thérèse sur le morceau « Rossignol » de Luis Mariano, raconte Jane Dax. « Nous recevons beaucoup de visites de ce genre, surtout en cette période. Ces personnes, souvent les petits-enfants d’un des résidents, acceptent de prendre quelques heures précieuses de leur vie pour les passer avec leurs grands-parents. C’est formidable. »

Les résidents font le va-et-vient dans la grande demeure. Quelques parents passent jeter un coup d’oeil sur leur mère. « Eski li’nn fini pran so medsinn ? », demande un monsieur à Jane Dax. « C’est surtout l’après-midi que les résidents reçoivent le plus de visites. Par exemple, le 25 après-midi, Nightingale respirait encore plus la joie de vivre », nous dit la directrice de la maison de retraite. «Vous savez, les proches sont souvent occupés la veille avec le ménage ou le shopping et n’ont pas le temps. Mais l’après-midi, ils sont tous là avec leur père, oncle ou grand-mère », ajoute-t-elle. Un moment très attendu par ces seniors, qui eux aussi, jadis, s’affairaient pour les préparatifs du réveillon. « La cour de Nightingale retentit alors de rires d’enfants. »

Vovo, charmant résident de 98 ans, s’approche. D’une galanterie comme l’on n’en voit plus, cet ancien combattant nous sourit jusqu’aux oreilles. Il fêtera le Nouvel An avec ses amis et son neveu qui vient souvent lui rendre visite. Il ne s’est jamais marié. Même s’il a connu des dames avec qui il a « koz koze » ! « Il ira certainement à la messe comme il le fait tout le temps d’ailleurs ! Son neveu Clifford lui rend tout le temps visite », dit Jane Dax. Ils vont ainsi faire un tour au jardin en grignotant quelques gâteaux, Vovo profite de la vie. « Il a fait la guerre, mais n’a jamais participé à l’armistice. Cela aurait été son souhait d’y participer »

Toutefois, même si la majorité des résidents ne quittera Nightingale, d’autres iront fêter le réveillon chez leurs proches. « Nous avons Roger qui est allé chez sa soeur pour les fêtes. Il reviendra dans une semaine », explique Jane Dax. Que ce soit chez leurs proches, ou à Nightingale, nos aimables aînés fêteront eux aussi ce Nouvel An dans la joie et la bonne humeur.

Les yeux grands ouverts, le sourire joyeux, nos seniors attendent patiemment la nouvelle année, mais surtout la visite de leurs plus chers. « Une occasion pour revivre des instants précieux. » « Bonne année, tous mes meilleurs voeux », nous lance Chantal, assise à la terrasse. Seuls ou accompagnés, ils passeront le cap de cette nouvelle année remplie de promesses.

L’on ne peut sortir de cette demeure sans le sourire aux lèvres et le coeur gros à la fois. Nos seniors ont su, malgré la solitude de certains jours et la nostalgie d’une vie passée, garder la joie de vivre. Et c’est d’ailleurs pour ces quelques instants volés lors de fêtes ou des réunions familiales qu’ils sourient encore…