Mes chers amis, je voudrai vous demander de vous plonger avec moi dans un passé récent qui nous unit tous. Si je vous le demande, c’est pour vous demander d’essayer de vous souvenir du temps où l’on voyageait par train dans nôtre chère île natale.
Pour moi, un souvenir encore vivace : je me revois en classe primaire, à l’école de la Montagne; on allait par train passer une journée au Jardin des Pamplemousses. Notre premier étonnement était de voir le train « marcher dans la rue ». Oui, le train traversait la Place Labourdonnais au ralenti, avec un « garde » des Chemins de Fer qui marchait, muni d’un pavillon vert et d’une cloche, à l’avant de la locomotive.
Mahébourg, Beau-Vallon, Belle-Rose, Cluny, Curepipe, Phoenix, Vacoas, Quatre Bornes, Rose-Hill, Beau Basin, Petite-Rivière, Bell Village, Port-Louis, la gare centrale. De cette ligne, je me rappelle allant rendre visite à mes tantes et les cousins et cousines à Curepipe. Traverser le pont de la Grande Rivière était fascinant. Puis le train faisait des efforts gigantesques pour « faire la montée » de Petite-Rivière à Beau-Bassin. Cette ligne était fort courue. Tous ceux qui venaient travailler à Port-Louis voyageaient par train en ce temps-là.
Un autre souvenir : accompagner des amis (ils habitaient la campagne) en sortant du College Bhujoharry, et marcher avec eux jusqu’à la gare de Port-Louis. On pouvait aller sur les « platforms » et regarder partir le train.
Souvent un ami très intime me demandait de « marcher », avec lui (eck bicyclette) jusqu’à la gare. Pourquoi ? Et bien, il ne voulait pas accompagner sa « petite pièce » du collège à la gare. « Ziste pou ki dimoune pas kauser ». La fille habitait à Rose-Hill. Aujourd’hui, ils sont grand-parents.
Une autre ligne de Port-Louis en passant par Pamplemousses, Centre de Flacq et aboutissait à la Grande-Rivière-Sud-Est. Quelques autres noms sont encore dans ma mémoire : Terre Rouge, Bois Marchand, Callebasses, Mapou, Poudre d’Or, Centre de Flacq, Rivière Séche, et la dernière gare sur cette ligne était celle de la Grande-Rivière-Sud-Est.
Si vous vous arrêtez un moment et regardez une carte de Maurice, avec le tracée de l’ancienne voie ferrée, vous verrez que ceux qui ont donné le feu vert pour tuer le chemin de fer à Maurice, n’ont pas vu loin dans le futur. Cette ligne faisait presque un demi-cercle à travers le nord de l’île et culminait à Grande-Rivière-Sud-Est. Un vrai plus de nos jours avec le problème routier à Maurice.