L’erreur de Pravind Jugnauth en 2014 est qu’en choisissant Duval il avait sous-estimé l’ambition politique démesurée de ce dernier et que Bhadain, tout impatient qu’il était, avait lui aussi des visées hors normes, au point de sacrifier les amitiés de sa génération et de devenir l’ami intime d’un octogénaire. Dieu seul sait pourquoi il fréquentait tant SAJ.

Mais l’électorat, loin d’être dupe, a transmis un signal fort à Duval quant à cette ambition première ministérielle qui se profilait. Qui plus est, le signal envoyé à Bhadain est que l’arrogance au plan politique et l’empressement sont souvent sanctionnés de manière exemplaire. L’électorat mauricien recherche le respect de la part des politiques. Nombreux sont ceux qui, s’étant positionnés comme Premier ministrable depuis l’Indépendance, ont mordu la poussière et sont désormais portés manquants sur la scène politique locale.

L’électorat mauricien recherche la compétence, l’intégrité et le sens de l’organisation pour le bien commun, et surtout du sérieux. Dans le cadre des prochaines législatives, la République de Maurice élira le leader du parti le mieux structuré et dont le programme sera basé sur l’avancement du pays au niveau familial, social et économique.

Les politiciens se soucient de leur réputation, l’électorat s’en préoccupe davantage…

Neelkanth Dulloo