Il a tardé à réagir mais sa réplique a été bien cinglante à l’égard de ses détracteurs déclarés, même s’il sait parfaitement qu’il est également suivi de près par ses partenaires après l’épisode de la banderole sur la fête Eid-ul-Fitr.
Profitant d’une question de la presse sur les factures de ces dîners payés par la Mauritius Tourism Promotion Authority (MTPA), le ministre du Tourisme a, mardi, fait une virulente sortie contre le Mouvement patriotique (MP) dont le secrétaire général Joe Lesjongard avait évoqué lors d’une conférence de presse vendredi de la semaine dernière l’affaire des notes de restaurants de XLD payées par la MTPA.
Et le ministre n’y est pas allé de main morte dans sa dénonciation du MP dont les membres ont traités de « lèche-bottes » qui ne savent plus s’ils sont au gouvernement ou dans l’opposition et qui sont un « fiasco total » qui pratiqueraient l’art de l’opposition sélective.
« Si reste ankor enn-deux membres Mouvement Patriotique, même dépités, meilleur conseil mo kapav donné, sauvé papa. Soit rétourne dan MSM, soit alle dan enn lot parti. Pa reste dan sa bato ki pé pran dilo tous lézour, pé disparet-la », a aussi déclaré le ministre, qui a tenu à expliquer que ce qu’il a fait se situe dans un cadre strictement professionnel et qu’il n’a pas fait le quart de ce que ses prédécesseurs ont fait. Ces prédécesseurs sont Michael Sik Yuen, ex-PMSD passé au PTr, et Nando Bodha,
Joe Lesjongard, qui avait distribué les photocopies des notes d’hôtel controversées à la presse, ne s’est pas laissé démonter par cette violente charge de XLD. Il a déclaré n’être nullement convaincu par les explications du ministre et a exigé qu’il révèle l’identité des personnes avec qui il a dîné pour prétendre justifier qu’elles soient remboursées avec l’argent des contribuables et il a promis de revenir à la charge à la rentrée parlementaire prévue le 1er septembre prochain.
Sur un point au moins, le ministre du Tourisme et leader du PMSD a eu parfaitement raison de dire que le MP ne sait pas s’il est dans l’opposition ou le gouvernement, surtout après les municipales, avec certains de ses dirigeants qui ont été vus menant campagne pour les candidats de Lalians Lepep et que Jean-Claude Barbier a, cette semaine même, organisé une fête dans la première circonscription pour célébrer la victoire des conseillers Lepep avec la participation de deux dirigeants du ML Ivan Collendavelloo et Eddy Boissézon.
Jean-Claude Barbier, qui avait quitté le MMM avec le projet de se joindre au ML avant la création du MP, est, dit-on, impatient de rejoindre les rangs du gouvernement, mais les places, toutes prises, ne sont pas près de se libérer, même si le siège ministériel de Pravind Jugnauth est vacant, d’où un certain malaise au MP où la stratégie post-municipale reste floue. Et même si Ivan Collendavelloo a semblé voler au secours de ses amis, anciens mauves comme lui, après les critiques virulentes de Xavier Duval.
Cet épisode n’aura pas été sans conséquence, les seconds couteaux au sein du PMSD ne tardant pas à réagir avec des piques à peine voilées lancées en direction des deux factions dissidentes du MMM. Un conseiller bleu de la capitale connu pour son franc parler a vivement critiqué ce qu’il a qualifié de « manigances du Mouvement Libertin et du Mouvement Pathétique » en ajoutant même : « Vomyé mieux gagn zafer ar bann MMM ! »