Dans une notice qu’il a fait servir au Premier ministre et au commissaire électoral, le Dr Rajah Madhewoo, agissant au nom de sa formation politique, The Liberals, réclame qu’un préavis de six mois soit donné avant de fixer la date des élections générales à venir. Il a déclaré, lors d’une rencontre avec la presse en début d’après-midi, que les élections « peuvent venir n’importe quand ».
« Nous devons nous attendre à tout. Qui nous dit que, demain, après la mise au vote du mini-amendement constitutionnel, le Premier ministre ne dissoudra pas l’Assemblée nationale ? » s’est demandé celui qui assume le rôle de leader au sein du groupement The Liberals. Ce qui l’intéresse le plus, c’est de donner l’occasion à tous les citoyens mauriciens de pouvoir se porter candidat aux élections. Jusqu’ici, affirme le Dr Madhewoo, aucune élection n’a été tenue en observant ce critère, alors que l’on sait que pour qu’un Mauricien puisse se porter candidat, il lui faut être présent sur le territoire mauricien six mois auparavant. Raison pour laquelle il réclame un préavis de six mois.