“Le ministère a donc décidé de lui octroyer une portion de terrain de 4 perches soustraite d’une portion de 34 perches sur laquelle se trouve les locaux de la NCG”. La confi rmation de la teneur de la lettre circulée par le leader du MMM hier à sa conférence de presse a été communiquée hier soir par le ministère des Terres et du Logement.
C’est après un long détour que le ministère a dû reconnaître avoir fait, après celui de l’îlot Gabriel, un nouveau cadeau à Jayraj Woochit. Le communiqué commence par “démentir” les propos de Paul Bérenger à l’effet que c’est la totalité du site de la National Coast Guard à Trou-aux-Biches qui, dit-il, ne “sont pas fondés”.
Le ministère explique ensuite que “Monsieur Woochit opère déjà un Boat House depuis plus de 25 ans sur la plage publique de Trou aux Biches et il est aussi détenteur d’une permis d’opération en règle.” Le Logement explique aussi que “plusieurs demandes de sa part pour l’octroi du terrain qu’il occupait lui avaient été refusé dans le passé étant donné que la dite portion de terrain fait partie de la plage publique.” Après avoir admis une coupe de 4 perches des terres de la NCG, le ministère annonce aussi que ce service de police “continuera à opérer sur ce site où il y a suffi samment d’espace pour que la NCG puisse apporter d’autres développements et de services additionnels dans un proche avenir.”
La lettre circulée à la presse et en date du 17 janvier 2013 est signée de R. Annowar pour le SCE du Logement et adressée au SCE du Prime Minister’s Offi ce avec comme sujet “application for State land at Trou aux Biches for watersports activities” (voir plus loin).
Elle parle d’une demande faite par Jayraj Woochit pour une portion des terres de l’État. Il est même fait mention d’une portion de 209 mètres carrés identifi és sur les 1 419 que couvre la superfi cie du terrain de la NCG. Tout ce que contient la lettre a ainsi été confi rmée par le Logement. Ce qui aura de quoi réjouir les manifestants de ce matin qui seront sur ce site du parking public de la plage de Trou-aux-Biches qui a été soustrait pour que le pandit Sungkur puisse y construire son restaurant.