Hier après-midi, le ministre Stephan Toussaint a introduit à la presse en présence des principaux membres de son cabinet et du Comité d’organisation des 10es Jeux des îles 2017 (Coji) le nouveau directeur général (CEO) de cette instance, Jean-Paul Sauzier, homme d’affaires et directeur d’entreprise de 54 ans. Il succède à George Chung, qui avait laissé le poste vacant depuis environ cinq mois.
« C’est un grand honneur que de prendre cette responsabilité à lourde charge », s’est enthousiasmé le principal concerné, qualifiant « d’exaltante cette mission patriotique qui vise à raviver la flamme, à unir et réunir le peuple mauricien autour du sport. » Fraîchement admis au poste le 1er juillet, Jean-Pierre Sauzier se veut très pragmatique dans sa mission. Se présentant lui-même comme quelqu’un ayant pratiqué énormément le sport dans sa jeunesse, notamment le football, le rugby, puis l’athlétisme où il se distinguait au 110m haies jusqu’en 1983, il avoue que « les obstacles, je les connais mais je veux aborder cette tâche avec humilité, car il est important de comprendre l’énormité de cette responsabilité. Il y a des commissions qui ont déjà été mises en place. Mon objectif est de travailler dans une totale transparence et prendre la dimension de l’équipe en place et en fonction des objectifs fixés, prendre la mesure des échéances et mettre en place les chantiers pour atteindre notre but. »
À une question de la presse, Jean-Pierre Sauzier précise que le poste de CEO est rémunérateur « vu que cela implique 50% de mon temps, voire plus. Cela avait déjà été décidé avant… Ma mission est une mission de gestion des compétences, de vision et de mise en place afin de faire avancer les dossiers à différents niveaux. » Il avance avoir déjà eu un débriefing avec les différents responsables de commissions, dont Sada Vudamalay, Commissaire général des Jeux. « C’est une équipe compétente et expérimentée qui a déjà été impliquée dans l’organisation des Jeux dans le passé », remarque-t-il.
Se disant être quelqu’un de « direct, ouvert et disponible », le CEO s’est adressé ensuite spécialement à la presse, qu’il considère plus comme « un allié, un partenaire, un associé » et dont le soutien, dit-il, s’avère primordial dans le succès des 10es Jeux. « C’est une tâche patriotique qui nous attend pour des Jeux extraordinaires, car il faudra ranimer la flamme, souder ou ressouder les liens qui nous unissent. Donc, c’est une tâche, un devoir de rassemblement qui va au-delà de l’organisation des Jeux. », estime-t-il. Il s’est ainsi rappelé aux bons souvenirs de la fièvre patriotique qui avait gagné les supporters mauriciens pourtant en faible nombre en finale de la compétition de football face aux Seychelles aux Jeux de 2011 à Mahé.
Au final, Jean-Pierre Sauzier dira qu’il « ne peut concevoir qu’un seul citoyen mauricien puisse avoir l’idée que les Jeux ne puissent pas être menés à bon port, étant donné que c’est le devoir de chaque personne d’apporter sa pierre à l’édifice. J’espère ne pas décevoir le pays pour la tâche qui nous a été confiée. »
Stephan Toussaint, qui avait réuni à ses côtés Sada Vudamalay, son chef de cabinet, Maubarak Boodhun, le directeur des sports par intérim, Samoo Pillay Nagalingum, et Nasreen Nobeelux, Assistant Manager Financial Operations Officer au MJS, se dit confiant dans le rôle du nouveau CEO. « C’est un patriote qui aime son pays. Je l’ai bien ressenti lors de nos discussions. Il veut apporter sa pierre à l’édifice et faire de ces Jeux des Jeux 5 étoiles pour faire briller nos sportifs. »