Installé à la tête de la direction technique depuis le 10 février dernier, le Syrien Abraham Ibrahim veut donner un nouveau souffle au tennis local. Il l’a déclaré hier matin à la presse lors d’une présentation effectuée au centre d’entraînement de Petit Camp en présence de Kamil Patel, président de la fédération, et du trésorier, Édouard Ah Chuen. Le Syrien a évoqué ses objectifs à court et long termes, soit le retour de Maurice en Coupe Davis et Fed Cup dès l’année prochaine, et ultérieurement les 10es Jeux des îles en 2019.
Très pragmatique et réaliste dans son approche, le nouveau DTN va dans un premier temps s’évertuer à « instaurer une culture du jeu. » Il a ainsi commencé par établir de nouvelles exigences au plan de la préparation physique notamment, ayant constaté durant ces quatre dernières semaines combien cet aspect faisait défaut.
« Les meilleurs joueurs d’ici ont la qualité et la technique, mais n’arrivent pas à être consistants dans les matches qu’ils enchaînent, notamment dans les tournois africains. Ils ont la volonté de devenir de meilleurs joueurs, mais cela prend du temps pour se concrétiser. Potentiellement, ils peuvent faire mieux s’ils travaillent plus au plan de la condition physique. Il faudra toujours les pousser », observe-t-il.
Abraham Ibrahim a donc décidé qu’il prendrait dans un premier temps en main les meilleurs afin de leur accorder plus d’attention en attendant que les moins bons prouvent qu’ils ont également leur place dans ce groupe d’élite qui se dessinera progressivement.
Il compte actuellement 36 joueurs, dont la moitié n’est pas toujours active pour diverses raisons, notamment les études. Mais l’autre moitié qui devrait être composée de 16-17 jeunes devra nécessairement s’entraîner en qualité et en quantité. « Le plus gros challenge sera en effet d’emmener tout le groupe à la pratique tout en veillant que leurs études ne soient pas négligées. À mon avis, c’est plus une question de gestion du temps. »
Ce groupe sera soumis fréquemment à des tests de condition physique le lundi à Petit Camp et le samedi au stade de Réduit pour évaluer la marge de progression chaque trois-quatre mois. « Si vous voulez rejoindre cette équipe, vous n’aurez qu’à vous mettre à niveau. Les clubs ont aussi une part importante à jouer. Ce n’est pas en arrivant sur le court qu’un joueur va débuter sa préparation physique ou effectuer son échauffement », précise-t-il.
Depuis l’arrivée du DTN, les joueurs ont toujours été poussés au-delà de leurs limites, mais le technicien avoue toutefois ne pas savoir si ces derniers auront la volonté de s’accrocher pendant tout le temps qu’il faudra. Il y a environ dix jours, il a d’ailleurs eu une rencontre avec les parents pour leur expliquer justement ses plans, son but et les aspects importants sur lesquels il souhaiterait se concentrer avec les jeunes afin de les aider à progresser tout en gardant en vue leurs études.
Ouvrir des portes
« Ce n’est pas facile de changer une certaine mentalité par rapport aux études et aux leçons particulières. Le tennis est important et l’école est très importante. Mais un bon joueur peut décrocher une bourse à l’étranger et être admis à une bonne université aux États-Unis, par exemple. Le tennis peut vous ouvrir des portes. » Actuellement, les séances se déroulent de 14h30 à 20h en jours de semaine et de 8h à 13h le samedi. « Mon but est de les entraîner six jours sur sept et d’accorder dans un premier temps plus d’attention à l’élite. »          
Invité à évoquer sa connaissance du tennis africain, Abraham Ibrahim avoue qu’il aura exercé pendant quelques années comme head coach dans l’un des plus grands clubs en Égypte et qu’il connaît aussi le tennis tunisien et marocain. « L’Égypte a souvent été championne d’Afrique, dont cette année. J’ai aussi vu des joueurs mauriciens aux championnats d’Afrique U18 en Égypte cette année. S’ils ont le potentiel de pouvoir faire mieux, il m’a semblé par contre qu’ils n’étaient pas suffisamment préparé pour faire face à ce défi. Ils doivent être prêts à 100% », soutient le Syrien.
Avant de débarquer à Maurice, il avait été impliqué pendant six mois en Turquie dans la préparation de l’équipe de Coupe Davis et au groupe de débutants. Âgé de 32 ans, Abraham Ibrahim détient un diplôme de coach de niveau 3. Il avait été recommandée à la FMT par l’instance internationale.
Plus jeune, il avait été n°1 de son pays et s’est classé 300e mondial ITF à l’âge de 20 ans. Mais il dut mettre un terme à sa carrière en raison d’une blessure contractée au bas du dos. « Je suis venu en visite à Maurice en novembre et je fus surpris de constater que le niveau était au-dessus de ce que je m’étais imaginé. Lors de mon entretien via Skype avec la FMT, on m’a parlé des objectifs de Coupe Davis, Fed Cup et des 10es Jeux de îles. Cela m’a motivé à accepter le poste, d’autant que vous avez ici la base nécessaire pour produire de meilleurs joueurs. »
Abraham Ibrahim annonce déjà l’arrivée en novembre du Slovaque Dominik Hrbaty, ancien joueur professionnel déjà classé dans le top 10 mondial, du Tchèque Jaro Levinsky et du Roumain Catalin pour faire profiter de leur expérience aux jeunes à travers leur coaching de haut niveau. Le président de la FMT annonce pour sa part une éventuelle tournée des meilleurs joueurs en Europe dans l’intervalle de juin-juillet.