D’emblée, Ivan Collendavelloo, ancien leader adjoint du MMM, explique les raisons de sa démission de toutes les instances du MMM il y a sept semaines, disant qu’il a agi en accord avec sa conscience. Il évoque son «désaccord complet»avec la décision du leader du MMM de faire alliance avec le PTr. C’est le 16 avril, explique-t-il, lors d’une réunion du bureau politique (BP), que Paul Bérenger a «admis» les tractations d’alliance avec le PTr, après qu’il l’eut questionné. Il estime d’ailleurs que «depi zanvie lalians ti fini fer»et que «la seule question était de savoir comment manipuler l’opinion publique pour qu’elle accepte l’inacceptable.»
De plus, Ivan Collendavelloo explique qu’il a pris connaissance par la suite que c’est l’oeuvre d’un courtier qui ne faitpartie d’aucune instance du MMM et qui «a eu l’autorisation de prendre l’avenir du pays en main sans même que les instances du MMM ne soient au courant.»Ce sont là les raisons qui l’ont poussé à démissionner, «ce qui a créé une vague qui a obligé le leader du MMM à la reculade jusqu’au point où à ce jour nous assistons à un spectacle affligeant offert par les leaders du MMM et du PTr», dit-il.
Ivan Collendavelloo mise surtout sur la jeunesse. Il dit avoir entendu les «cris de détresse»de la jeunesse sur les réseaux sociaux et à travers des articles de presse de même que lors des réunions qu’il a tenues. «C’est la jeunesse qui a créé le parti et qui nous a donné la force d’enclencher un mouvement qui va libérer Maurice de la dictature, de la misère et de toutes les choses négatives qui rongent le pays telles que le favoritisme et le népotisme ou encore le chômage chez les jeunes diplômés», dit-il.
Pour Ivan Collendavelloo, Paul Bérenger a décidé de ne plus agir comme leader de l’opposition mais refuse de céder sa place. «Il tient des discours comme s’il faisait partie du gouvernement mais garde le titre et les privilèges de sa fonction de leader de l’opposition», dit-il. Mais selon lui, les jeunes qui le suivent«ont l’espoir que le pays sera libéré.»Indiquant par ailleurs qu’Anil Gayan a été le premier à le contacter, lui disant qu’il fallait faire quelque chose pour «sauver et libérer le pays»indépendamment de leur position au barreau. Par la suite, d’autres se sont ralliés au mouvement.
«Une idéologie humaniste»
Dans un deuxième volet de la conférence de presse, Ivan Collendavelloo a exposé les grandes lignes des mesures figurant sur le programme électoral du parti. «Le plus urgent est d’éliminer la pauvreté. Ce n’est pas possible que 200 000 Mauriciens ne mangent pas à leur faim et n’ont pas de logement décent alors que l’on se permet de dépenser plusieurs milliards dans des projets qui n’apportent rien à ces gens.»Il veut ainsi «libérer l’éducation et la santé des lourdeurs bureaucratiques», «libérer Maurice des tentatives dictatoriales du régime ( ) on ne va pas tolérer que Navin Ramgoolam et Paul Bérenger prennent le pays en otage», dit-il.
Il entend également proposer une réforme électorale qui devra d’abord obtenir le consensus de la population mauricienne et dit que le ML gardera le Parlement ouvert. Sheila Bunwaree, ayant pris la parole en tant que présidente du parti, a quant à elle détaillé quelques mesures qui figurent sur leur programme électoral étalé sur cinq dimensions de la sécurité : humaine, économique, énergétique, alimentaire et sociale. Pour Sheila Bunwaree, «le pays aujourd’hui va mal parce qu’il est sans direction, sans gestion et sans vision».
Estimant que«la gouvernance et la façon de faire la politique doivent changer», elle soutient qu’avec les jeunes qui soutiennent le ML, ce nouveau parti apportera une «transformation profonde de la société.» À travers son programme électoral, le ML veut «rendre leur dignité aux Mauriciens, aux Rodriguais, aux Agaléens de même qu’aux Chagossiens.»La présidente soutient que l’idéologie du ML est une idéologie humaniste. Pour Anil Gayan, le ML représente une alternative.
À l’heure des questions, Ivan Collendavelloo a indiqué que son ambition a toujours été la concrétisation d’une unité de force de l’opposition. Il soutient ainsi avoir déjà rencontré le leader du MSM et rencontrera prochainement le leader du PMSD pour l’élaboration d’un programme commun de gouvernement. S’il affirme que le ML se présentera aux élections, Ivan Collendavelloo dit nepas vouloir dévoiler la circonscription où il se présentera comme candidat et pour laquelle il a «un penchant». Il souligne par ailleurs «l’impopularité» des trois députés MMM au N°19 (Stanley/Rose-Hill).