« J’attends fermement les questions de l’opposition au sujet du nouveau portail. J’ai hâte que le Parlement reprenne », c’est ce qu’a déclaré le ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum qui lançait hier matin une conférence ayant pour thème « The Role of the Public Sector in Building a Connected Society ». L’événement était organisé par son ministère et la firme Microsoft à l’hôtel Angsana, Balaclava.
Alors que le nouveau portail du gouvernement (www.gov.mu) fait l’objet de critiques, le ministre des TIC défend bec et ongles ce projet lancé il y a quelques semaines et dit attendre de pied ferme, de l’opposition, des questions parlementaires. « Ils (ndlr : l’opposition) en auront pour leur argent », prévient Tassarajen Pillay Chedumbrum. « Certaines personnes croient au remake, alors que nous nous croyons au futur, à l’innovation et c’est pour cela que nous avons introduit le nouveau portail du Gouvernement », a t-il déclaré, ciblant directement le Remake 2000.
Décideurs du gouvernement et experts en informatique mauriciens et étrangers se sont réunis ce matin à l’hôtel Angsana Balaclava pour discuter de l’utilisation de l’informatique au sein du service public afin de mieux servir les citoyens. Cette conférence a été l’occasion d’identifier les principaux défis du secteur public et les opportunités qui peuvent être traités à l’aide des TIC. L’occasion également de partager les best practices en termes de e-government.
Selon le ministre des TIC, cette conférence se tient à un moment opportun où le ministère vient de l’avant avec une nouvelle stratégie pour le e-government. Il devait mentionner une étude en cours, entreprise par le Central Informatics Bureau (CIB), en collaboration avec Statistics Mauritius visant à recueillir les attentes des citoyens au sujet du e-government. 10 services d’e-payment et neuf de m-payment seront introduits en juin alors que la toute première carte d’identité sera lancée en octobre. Le projet sera achevé, d’ici décembre 2014, indique Tassarajen Pillay Chedumbrum qui a affirmé qu’il ferait de ce dossier sa priorité pour l’année 2013.
Le ministre des TIC a par ailleurs confirmé l’achat de 25 000 tablettes tactiles destinées aux élèves de la Form IV d’ici juillet et l’implémentation de la deuxième phase du Crime Occurrence Tracking System (COTS) cette année. Les signatures digitales seront de plus utilisées dans quatre ministères, et cela sur la base d’un projet pilote.
L’utilisation des technologies de l’information et des communications dans les administrations publiques à travers le concept e-government est une étape importante vers la modernisation des services gouvernementaux. L’amélioration de ses services aux citoyens, investisseurs et autres parties prenantes est une priorité pour le gouvernement dans le but de stimuler la croissance et d’atteindre les objectifs économiques fixés.
Selon Paul Bunting, Country Manager de Microsoft : « Cette conférence représente une plateforme idéale pour débattre sur ce qui se fait à Maurice pour rendre les services publics plus accessibles et aussi de découvrir ce qui se fait ailleurs. » Le Dr Ahmed Darwish, consultant auprès de la Banque mondiale pour plusieurs organisations des Nations unies telles qu’UNIDO, UNDP, UNESCO et FAO dans le cadre de cette conférence, a partagé son expérience. Il a aussi été ministre pour le développement administratif en Égypte, de 2004- 2011, et consultant pour un certain nombre de ministères égyptiens, des entreprises internationales, des banques et des entreprises en Égypte, au Moyen-Orient, en Afrique et aux États-Unis.
Autre intervenant à la conférence : Yasser Hassan, Directeur Services Publics de Microsoft pour le Moyen Orient et l’Afrique. Il a occupé différentes fonctions dans le secteur informatique au cours de ses 17 ans de carrière : technique, commerciale et gestion dans différents endroits du Moyen-Orient et en Europe.