Alors que le nouveau procès de Josian Kenneth Fabre allait être pris sur le fond ce matin, l’avocat de la défense Me Rama Valayden a demandé au juge Benjamin Marie Joseph siégeant aux Assises un renvoi d’un jour afin qu’il puisse étudier une correspondance que le bureau du DPP lui a fait parvenir hier tard dans l’après-midi. L’avocat a fait comprendre qu’il doit prendre de nouvelles instructions de son client par rapport à ces nouveaux développements. Le procès reprendra demain.
Josian Kenneth Fabre avait été condamné en 2009 à 32 ans de prison par la Cour d’assises pour avoir tenté de prendre possession de 285,8 g d’héroïne en vue de trafic.
Me Valayden a indiqué en cour ce matin qu’après avoir reçu tous les documents concernant ce procès du bureau du Directeur des Poursuites Publiques, il avait écrit à ce dernier pour d’autres détails concernant le procès. Or ce n’est qu’hier tard dans l’après-midi, a soutenu Me Rama Valayden, qu’il a reçu la correspondance du DPP. L’avocat a fait savoir à la cour qu’il lui faudra un peu de temps encore pour l’étudier et surtout consulter son client pour la marche à suivre.
Une quinzaine de témoins ont été assignés à ce procès. Josian Kenneth Fabre a été arrêté par la police le 18 avril 2005 et relâché sous caution le 20 mars 2006. L’acte d’accusation a été logé le 9 août 2007 et le procès a été appelé le 28 février 2008. Selon le compte rendu de la Cour, l’appelant avait indiqué au juge, devant lequel il avait comparu en Cour d’assises ce jour-là, qu’il comptait retenir les services d’un avocat. Il s’était même engagé à communiquer le nom de son homme de loi à la Cour, qui l’a ensuite informé que le procès se déroulerait du 28 juillet au 1er août 2008.
Effectivement, le 28 juillet, le procès a été pris, présidé par un juge différent que celui du 28 février. Ce jour-là, l’appelant n’était assisté d’aucun avocat. Le full bench ayant entendu son appel, composé du chef juge Keshoe Parsad Matadeen et des juges David Chan Kan Cheong et Prithiviraj Fekna, rapporte : « The appellant was not represented on that day. Unfortunately the record is silent as to why the appellant was unrepresented and as to whether there was any query from the Presiding Judge. The record shows that the Judge proceeded forthwith to take the plea of the appellant, and the prosecution called its first witness. » Le 24 mars 2009, l’accusé a été reconnu coupable et la sentence mentionnée plus haut lui a été infligée. Les juges en appel ont ainsi demandé un nouveau procès devant un autre juge.