Passer l’examen de fitness pour sa voiture est devenu une épreuve redoutée de nombreux Mauriciens. Non seulement les règles sont plus strictes, mais il faut prendre son mal en patience dans une longue file d’attente. Certains automobilistes sont contraints de prendre un jour de congé et les chauffeurs de taxi accusent également une journée de perte. Furieux, ils dénoncent l’excès de zèle des autorités.
« Pourquoi nous faire payer les pots cassés pour ceux qui ont fauté ? » C’est la question que se posent des automobilistes dépassés devant le centre de fitness de Forest-Side. À 14 h 45 hier, la file d’attente s’allongeait jusqu’au SBM Park. « Encore un peu et on va rejoindre le rond-point et l’autoroute », ironise un chauffeur de taxi qui dit se trouver là depuis midi.
Depuis que la NTA procède à une vérification plus stricte après l’éclatement du scandale des horsepower falsifiés, c’est l’embouteillage et la pagaille devant les centres de fitness chaque jour. « C’est une journée gâchée. J’ai dû patienter ici toute la journée et je n’ai pu travailler. Est-ce que le gouvernement va me compenser pour cette journée perdue ? » s’insurge le chauffeur de taxi.
Les automobilistes souhaitent que les autorités mettent en place un système efficace pour assainir la situation. « Dans un pays qui se dit moderne où on parle de smart cities, il faut patienter une journée pour un examen de fitness », déplore un autre automobiliste, pris de court devant la longue file d’attente. « Je devais aller travailler aujourd’hui, mais j’ai dû prendre un jour de congé. Il reste encore à savoir si l’examen de la voiture va bien se passer ou si on va faire des difficultés », dit-il.
Sollicité sur la question, un préposé des Infrastructures publiques avance que les automobilistes avaient déjà été prévenus que les tests prendraient plus de temps dorénavant. « Des mesures ont déjà été adoptées pour répondre à la situation. Par exemple, les examens se font aussi le samedi. »
Mais les automobilistes, eux, ne sont pas de cet avis. Ils invitent le ministre Nando Bodha à venir constater la situation de visu. « Ce sont les innocents qui payent aujourd’hui le prix pour ceux qui ont commis des fraudes », dénoncent-ils.
Signalons que des automobilistes ont saisi la Cour suprême contre les nouveaux règlements de la NTA. Ils contestent, entre autres, l’interdiction d’apporter des modifications au moteur de leurs voitures.