Désiré Menes, chanteur gospel aussi connu sous le pseudonyme de Dezi-Ray, vient de lancer son troisième album solo intitulé Pardonn Mwa. Un disque comprenant huit morceaux où alternent séga, reggae et seggae, bercés par la spiritualité et militant contre les fléaux sociaux.
Pardonn Mwa s’inscrit dans la continuité. Le premier opus de Dezi-Ray était plutôt marqué par la spiritualité. Le second abordait, entre autres, les fléaux sociaux, comme dans ce présent album. Le chanteur souligne que c’est dans le but de rendre les morceaux accessibles au plus grand nombre qu’il a décidé d’élargir son répertoire et de faire voyager sa musique sur les rythmes du reggae et de ses déclinaisons. “Ce n’est pas un album purement spirituel. Tous les Mauriciens pourront s’y reconnaître. C’est un album plus ouvert.”
Réflexion.
La chanson titre est d’ailleurs assez festive, malgré les paroles qui incitent à la réflexion. Un bon rythme de séga qui reste dans la tête. “Ce morceau-là est quelque peu inspiré de ce que j’ai vécu, de la personne que j’étais avant. C’est une façon de demander à Dieu de me pardonner pour mes erreurs. Cela dit, la chanson est également adressée à ceux qui demandent le pardon de Dieu alors qu’ils n’arrivent pas à pardonner à leur voisin ou à leur frère.”
Sur l’album, on est aussi transporté par des mélodies très douces comme Lord ou Dan Mo Leker. Dezi-Ray soutient qu’il a écrit chacun des morceaux ainsi que la musique avec l’apport de Michel Nanny.
Influence.
Avant son lancement à Maurice, Pardonn Mwa a été présenté à La Réunion lors d’un concert de trois heures où Dezi-Ray était accompagné de sa formation, Adonaï. C’est un groupe qu’il a formé en 2005, juste avant la sortie de son premier opus, Linité. Ses amis et lui se sont produits en 2009 au MGI et retrouveront vraisemblablement la scène l’année prochaine. Un DVD du concert de 2009 serait sur le point d’être mis en vente.
Dezi-Ray raconte qu’il a été bercé par la musique dès son plus jeune âge. “J’ai toujours fréquenté des musiciens. Ras Mayul et Ras Natty Baby étaient mes voisins et j’allais souvent les voir. Je pense que c’est grâce à leur influence que j’aime le reggae et le seggae.” Il a appris à jouer de la guitare à l’âge de 13 ans. Dezi-Ray a lancé, en compagnie de Michael Zameer, un album gospel alors qu’il n’avait que 18 ans.