Pour lancer son prochain album, Hans Nayna a eu recours au “crowdfunding”. Le principe consiste à inviter le public à faire don d’une somme d’argent en échange d’une promesse de cadeau. Hans Nayna explique que l’idée vient de Damien Bathurst, de MOUV Production. « À ce jour, 28 personnes ont déjà contribué pour que je puisse lancer mon album “Live music for the soul”. Mon site restera ouvert pendant 50 jours, date du délai pour recueillir l’argent nécessaire. Le “crowfunding” est très en vogue aux États-Unis, mais c’est une grande première pour Maurice. Le but de ce concept est de prévendre un maximum d’albums afin de couvrir une partie des coûts. »
Interrogé ce matin au téléphone, Hans Nayna exprime sa joie de voir que le public n’est pas insensible à son projet d’album, qui s’intitulera Live music for the Soul. « Cet album, c’est une suite logique de mon passage à Runstar, concours télévisé à La Réunion. Dans ce nouvel opus, il y aura des nouveautés et des surprises. » L’album mettra en lumière les différentes phases de la vie d’Hans Nayna, le tout baigné dans une aura d’émotions. L’artiste explique : « Le “crowdfunding” via internet me permettra de récolter des fonds pour la réalisation de mon album, qui servira à financer, entre autres, la création des CD, pochettes, boîtiers, pressage et duplications. Les CD coûtent Rs 100 000 pour 2 000 exemplaires. J’ai 50 jours pour atteindre mon objectif et toute la somme récoltée doit être en euros. N’importe qui peut aider pour cette réalisation, car tout le monde en ressortira gagnant. Si un internaute a contribué à raison de 20 euros, il recevra en cadeau une version de l’album, avec une pochette et une photo dédicacées, etc. Et si la somme va jusqu’à 1 000 euros, il aura droit à un concert privé. Et s’il est étranger, il aura la chance de venir à Maurice et de profiter d’un concert “full-board” avec sono. » Pour participer à ce “crowdfunding”, il suffit de se rendre sur le site www.kisskissbankbank.com/fr/projects/album-live-music-for-the-soul.
Il s’agit d’une opération où l’artiste comme l’internaute ressort gagnant. Hans Nayna tient à remercier Damien Bathurst qui, dit-il, met en avant cette création. « Le public, à travers cette démarche, ressent tout ce qu’un artiste doit endurer pour réaliser un album. Cela implique le coût de production, les étapes avant la concrétisation de l’album… C’est aussi une manière d’accompagner un artiste. Au final, tout le monde est gagnant. » Hans Nayna souligne que ce concept n’est pas un don en argent. « L’internaute, qui investit en fonction de la somme, a droit à un album dédicacé ou à un concert privé. Il reçoit aussi des invitations. À ce jour, les internautes ont contribué pour une somme de 830 euros. Plus la contribution est élevée, plus cela permet une plus grande proximité avec le public, qui est aussi partie prenante du projet. »