Harel Lam Vo Hee, nommé pour représenter la République de Maurice au Mozambique, quitte le pays dimanche pour aller assumer ses nouvelles responsabilités diplomatiques. Au Mauricien cette semaine, il a confié que « l’Afrique est le continent du 21e siècle ». Il est d’avis que Maurice est très bien placée pour en être le porte-drapeau. « Mon but à court terme est de favoriser l’exportation de nos produits au Mozambique. »
Le nouvel ambassadeur, âgé de 58 ans, a eu une vie très remplie tant sur le plan professionnel que social et sportif. Ce père de cinq enfants, né à Rodrigues mais qui a grandi à Maurice, a été tour à tour enseignant au Collège Bhujoharry, fonctionnaire au ministère du Logement en tant qu’assistant surveyor, Contact surveyor à l’ancienne firme de construction Longtill (Mauritius), avant d’être nommé Human Resources Manager à la Rehm-Grinaker Construction, poste qu’il a occupé pendant ces vingt dernières années.
Harel Lam Vo Hee a aussi été membre de quelques conseils d’administration de corps para-étatiques, dont le Rodrigues Agricultural Marketing Board, l’ancienne Development Works Corporation et l’ex-Small Industries Development Organisation. Il a aussi siégé au sein du Labour Advisory Council et à la Commission de conciliation sur les relations industrielles. En tant que sportif, il a été trois fois champion de Maurice en haltérophilie et a même eu l’occasion de faire partie de l’escouade mauricienne aux Jeux des îles de l’océan Indien de 1985.
Le nouveau diplomate remercie vivement le Premier ministre Navin Ramgoolam, son leader Xavier-Luc Duval et le ministre des Affaires étrangères Arvin Boolell pour la confiance qu’ils placent en lui. Il se souvient qu’il avait travaillé pour M. Duval en 1987, au N°4, élection qui avait permis au fils de sir Gaëtan Duval de créer une brèche dans un bastion du MMM jusque-là imprenable. Aux dernières élections générales, M. Lam Vo Hee a agi comme Campaign Manager de la candidate bleue au N°4, Aurore Perraud.
Pour ses nouvelles fonctions, Harel Lam Vo Hee bénéficiera de l’aide d’Azad Domun, membre du PMSD depuis 48 ans, qui a travaillé pendant plus de vingt ans dans le domaine bancaire en Afrique et qui a été conseiller du gouvernement mozambicain il y a quelques années. Azad Domun pense que l’action diplomatique doit viser en particulier la classe moyenne africaine, qui est nouvelle, mais qui se consolide. « Cette classe moyenne est susceptible d’être attirée par nos produits, alors que nous, nous devons en profiter pour diversifier nos marchés », trouve M. Domun, qui a organisé cette semaine une réception en l’honneur du nouveau diplomate.
Harel Lam Vo Hee compte plancher sur les dispositions de la SADC et du COMESA pour voir comment Maurice peut tirer profit de la situation. Le nouvel ambassadeur estime que même le domaine touristique peut y trouver son compte, non seulement en attirant chez nous les vacanciers africains mais également en développant pour les Européens une formule combinée de parcs animaliers en Afrique et de plages ensoleillées à Maurice.