En ce qu’il s’agit des élèves du prévoc prenant part au Primary School Achievement Certificate, les professeurs devront eux-mêmes entreprendre l’évaluation en “communication skills”. En ce sens, le Mauritius Examinations Syndicate (MES) leur propose une formation de trois heures jeudi prochain pour pouvoir mener efficacement cet exercice. Une décision contestée dans plusieurs collèges en raison de la non-implication des profs du prévoc dans la préparation des élèves aux examens de fin de scolarité primaire. « Le MES agit dans la précipitation. C’est scandaleux ! » s’indignent des responsables de collèges. Dans une communication hier soir à ses membres, le syndicat des profs des collèges confessionnels catholiques et non catholiques demande aux Prevoc Teachers « d’ignorer cet appel du MES » et « de ne pas se rendre à cet atelier de travail ».
La formule adoptée par les autorités pour évaluer les compétences des candidats en “Communication Skills” (matière introduite cette année et figurant au programme d’études du PSAC) est le “school based assessment”, selon un “guidelines” donné par le Mauritius Examinations Syndicate (MES). Les collèges privés ont reçu une circulaire de la Private Secondary Education Authority (PSEA) en date du 10 mai faisant état de la décision du MES de confier aux profs du prévoc le “school based assessment for communication skills” s’agissant des élèves du prévoc prenant part aux prochains examens du PSAC. Dans ce contexte, le MES organisera une “training session” en “communication skills” le 18 mai prochain, de 9h à midi, et les profs du prévoc enseignant cette matière sont « requested to attend » cet atelier de formation.
Or, jusqu’à la réception de cette circulaire de la PSSA, les collèges n’avaient jamais été informés par les autorités que leurs profs de prévoc devraient participer au “school based assessment” en “communications skills” pour un examen concernant le secteur primaire. Alors que dans les écoles primaires les préparatifs pour l’organisation de ce “school based assessment” ont été enclenchés. « Est-ce seulement maintenant que le MES découvre qu’il y a des élèves en première année du prévoc qui se sont inscrits aux examens du PSAC et que rien n’a été fait jusqu’ici pour qu’ils puissent passer le “school based assessment”, contrairement aux candidats se trouvant dans les écoles primaires ? » demandent sur un ton indigné des recteurs de collèges. Ces derniers qualifient « d’amateurisme » la manière de faire du MES sur cette question de “communication skills”. « Il est clair que le MES fait dans l’à-peu-près. Je suis révolté par ce manque de professionnalisme et aussi triste pour ces enfants du prévoc », réagit un autre chef d’établissement de la région des Plaines-Wilhems.
La Secondary and Preparatory School Teachers and Other Staff Union (SPSTSU) – syndicat du personnel des collèges confessionnels – est opposée à cette décision du MES d’impliquer les profs du prévoc à la dernière minute, martelant que ces derniers « ne sont pas concernés par le PSAC » et qu’ils ont un programme d’études spécifiques à couvrir pendant une année. Ainsi, la SPSTSU soutient qu’il n’y a aucune obligation pour ses membres de se rendre à cet atelier de formation « puisque cela ne concerne pas le programme d’études » du prévoc. La SPSTSU donne un mot d’ordre à ce sujet. « The Union strongly advises the PVE Year 1 Educators not to attend the training on School Based Assessment for Communication Skills on Thursday 18 May », dit la SPSTSU à ses membres.
Par ailleurs, la SPSTSU suggère que le MES, dans le cas de “prevoc candidates”, prenne les mêmes dispositions prévues par l’examinateur pour l’évaluation des “private candidates”. « The Union is of opinion that as MES is supposed to make arrangements for the assessment in communication skills for private candidates, they should make the same arrangements for those PVE Year 1 students sitting for the PSAC », dit la SPSTSU dans cette circulaire, dont ses membres ont pris connaissance ce matin.