Anaïs Lionnet et Fabien Fauzou, les deux jeunes créateurs de mode et associés de la Maison Lionnet et Fauzou à Roches-Brunes, Rose-Hill, lancent leur première collection « Corporate » composée d’une douzaine de robes pour habiller la femme en entreprise. Tout en respectant les corporate dress codes et en restant sobre, chaque pièce du vestiaire féminin devient fashion lorsqu’elle adopte des tons chauds et même flashy.
Pour les designers Anaïs Lionnet et Fabien Fauzou, plus question de porter l’uniforme terne, strict et sévère pour se rendre au travail. À quoi peut donc ressembler le dressing de la working girl? Aujourd’hui, à travers chaque tenue, la femme veut exprimer ses goûts et sa personnalité, se distinguer en portant des robes modernisées aux couleurs chaudes, des couleurs fashion. Un mot qui est bien au coeur de la collection « Corporate » des deux jeunes créateurs de mode. Cette année, ils ont décidé d’offrir à la femme en entreprise une garde robe colorée et tendance pour aller travailler et lui permettre de s’affirmer encore davantage. «Pour la femme, s’habiller est comme une thérapie, cela la motive pour la journée. Certaines compagnies fournissent des uniformes standardisées à leurs employées, et pour d’autres, l’uniforme n’est pas une norme imposée. Fabien Fauzou et moi avons voulu réinventer le vestiaire de la Corporate et développer une collection pour les femmes qui ont souvent du mal à s’habiller. Nous avons imaginé une collection colorée mais qui reste quand même dans les règles du corporate. Une collection qui suit les formes, respecte les règles et qui n’est pas indécente», nous dit Anaïs Lionnet.
Courbes et lignes dans la décence
La robe de la working girl est revisitée. Chaque pièce classique est détournée. Ainsi, on peut trouver une robe très simple ornée d’une cravate qui fait le tour de la robe. Ou encore un jeu de patchwork sur le bas. Chaque pièce réalisée dans du crèpe stretch, «une matière magique qui se froisse à peine, qui ne perd pas sa couleur, qui dure» et se porte en toute liberté, suit le corps et les mouvements. «Nous jouons avec les courbes pour affiner la silhouette et mettons beaucoup d’accent sur les lignes verticales», explique Anaïs Lionnet.
Au vestiaire de la working girl, les deux stylistes vont ajouter de la couleur. Et dans celle-ci, il y a le bon dosage. Des tons sobres (bleu marine, noir, gris) avec des touches de couleurs vives et fruitées: jaune citron, bleu-vert, corail. Ainsi, on y trouve dans cette première collection des robes bicolore, tricolore et même quadricolore près du corps et toujours convenables côté longueur et décolleté. Car, «au travail, il y a un dress code à respecter». Dans une pièce, par exemple, sont associés le bleu marine, le bleu ciel, le turquoise et le cobalt. Une autre pièce présente des tons jaune et vert.
Dans deux semaines, La Maison Lionnet et Fauzou organisera un défilé privé et les pièces seront vendues de Rs 2750 à Rs 4500 à seulement quelques privilégiées.