Le personnel du judiciaire, notamment huissiers et Court Officers, seront bientôt appelés à effectuer le transfert vers la nouvelle Cour suprême qui devrait être opérationnelle en mars. Si ce déplacement enchante plus d’un, cet exercice ne sera pas sans conséquence pour ces fonctionnaires qui devront redoubler d’efforts afin de garantir un “smooth transfer”. Pour cause, avant les vacances de fin d’année, ils ont été informés par l’Acting Master and Registrar Mohana Naidoo que les de- mandes de “vacation leaves” pour janvier, février et mars ne seront pas considérées.

Ces employés n’approuvent pas cette décision et estiment que leurs droits sont lésés. Le manque de personnel – qui a toujours été décrié au sein du judiciaire – se fera ressentir de plus belle dans les mois à venir avec le transfert vers le nouveau bâtiment de la Cour suprême. Si une partie de cet exercice avait été entreprise l’année dernière, le gros du travail se fera durant le mois de janvier et février avant l’ouverture officielle de la New Supreme Court en mars. Or le personnel a été surpris d’apprendre à travers une circulaire émise par l’Acting Master and Registrar qu’ils ne pourront prendre leur “va- cation leaves” durant les mois de janvier, février et mars en raison du transfert.

Ces fonctionnaires, mécontents de cette décision, disent ne pas comprendre pourquoi une telle décision a été prise à la dernière minute alors que le transfert pouvait se faire selon un planning spécifique afin de ne pénaliser personne. La circulaire indique aussi que des demandes dans des cas exceptionnels seront considérées pour uniquement 11 jours et que les demandeurs devront fournir leur “documentary evidence”. Le judiciaire évoque un manque de personnel pour justifier cette démarche. Ces instructions ont déjà pris effet depuis janvier.

Les fonctionnaires estiment que cette décision porte atteinte à leurs droits de travail et ils ont sollicité l’intervention des syndicalistes. Les différents syndicats au sein du personnel du judiciaire, notamment pour les Court Officers et les huissiers, comptent aussi se réunir dans les jours à venir pour décider de la marche à suivre. Ils ne comptent pas accepter cette décision du Master and Registrar de la Cour suprême. Ils soulignent qu’un officier ne peut être privé de son droit aux “vacation leaves” et que c’est au département concerné de proposer un planning pour effectuer un “smooth transfer”. Avec la reprise des activités de la Cour suprême lundi prochain, les officiers auront déjà fort à faire avec le nombre de procès déjà fixés pour ce premier trimestre.