Les leaders de l’alliance PTr/MMM, Navin Ramgoolam et Paul Bérenger, ont attaqué les dirigeants de l’Alliance Lepep, en particulier Sir Anerood Jugnauth et Pravind Jugnauth, sur deux fronts. Le Premier ministre et leader du Parti travailliste a mis à l’index la campagne « fer per » de ses opposants politiques concernant le projet de IIe République et du partage de pouvoirs entre le Président de la République et le Premier ministre. Pour sa part, Paul Bérenger a dénoncé Pravind Jugnauth pour « son manque de respect à l’égard de l’Inde, enn pei ki depi lindepandans pann rat enn lokazion pou ed Moris ». C’était lors d’un congrès à Nouvelle-France présidé par le ministre Suttyudeo Moutia, député sortant de Rose-Belle/Vieux Grand-Port (N° 11), hier après-midi. À ce jour, seule la candidature d’Arvin Boolell est confirmée dans cette circonscription.
« Lalians Lepep ki pena lepep pe fer enn kanpagn pou fer dimounn per. Samem tou zot program : fer ou per ! Pe fer enn kanpagn demagozik pou fer ou per. Tan ki mo la, ou pena pou per », a déclaré d’emblée Navin Ramgoolam lors de son intervention consacrée à l’avènement de la IIe République et du partage des pouvoirs constitutionnels au sommet de l’État. « Li pe dir partaz tiket 30/30 danzere. Me twa ki to ti fer ? Li pe dir Paul Bérenger pou vinn Premie minis. Twa ki to ti fer an 2003 ? Eski kan Bérenger ti vinn Premie minis, li ti fer ditor enn kominote ? »
Poursuivant sur le même chapitre, le leader du PTr a répondu à ses détracteurs au sujet de son installation à Réduit. « Zot pe dir Navin pe kit tou e li pe al dormi Réduit. Ou trouv mwa pou al dormi Réduit ? », a-t-il lancé, avant de revenir sur les raisons justifiant « une alliance électorale entre les deux plus grands partis politiques du pays ». Il a énuméré les changements constitutionnels qui interviendraient en termes de nouveaux pouvoirs octroyés à un Président sous la IIe République, notamment la dissolution de l’Assemblée nationale, l’élection du Président au suffrage universel ou encore la présidence du Conseil des ministres.
Dans la deuxième partie de son intervention, Navin Ramgoolam s’est appesanti sur « la nécessité de créer quelque 60 000 emplois pour les jeunes dans les années à venir » et évoqué la promesse électorale de l’Alliance Lepep d’augmenter la pension de vieillesse à Rs 5 000 en cas de victoire aux élections. Il a parlé de « la confusion entre les différents dirigeants de l’opposition » sur le financement de ce projet et rappelé que, lors de son élection comme Premier ministre en décembre 1995, il avait doublé la pension de vieillesse le 12 mars 1996. « Pa bliye ki se Pravind Jugnauth ki ti aboli pansion iniversel. Nou kinn retabli sa », devait-il ajouter, ajoutant que sir Anerood Jugnauth, alors Président de la République, avait tenté de le faire revenir sur la concrétisation du projet de transport gratuit aux étudiants au lendemain des élections de 2005. Il a finalement mis en garde contre l’usage de la violence pendant la campagne électorale.
Le leader du MMM, Paul Bérenger, s’est attardé sur l’attitude du MSM, et de Pravind Jugnauth en particulier, à l’égard de l’Inde dans le contexte actuel et a situé la visite officielle de la ministre des Affaires étrangères de l’Inde, Sushma Swaraj, dans le contexte des célébrations marquant le 180e anniversaire de l’arrivée des premiers travailleurs engagés indiens à Maurice. Il a rappelé que la décision de décréter le 2 novembre jour férié avait été décidée par un comité placé sous sa présidence après les élections de 2000 et qu’il s’était également penché sur la date anniversaire de l’abolition de l’esclavage. Le leader du MMM a soutenu que « par respect et par amitié pour l’Inde, le Premier ministre ne fera publier les Writs of Elections qu’après cette visite officielle ». « Get latitid MSM. Pravind Jugnauth déclare qu’il compte écrire au Premier ministre indien pour lui demander d’annuler cette visite alors que l’Inde compte également soumettre des propositions de financement pour le métro léger. Depi lindepandans, ki l’Inde pann fer pou Moris ? Par respect pour l’Inde, attendons de voir ces propositions. Apre nou a gete », devait-il marteler en fustigeant la démarche de Pravind Jugnauth. « Eh ou la, enn manyer tret l’Inde sa kouma Pravind Jugnauth pe fer ? Ki kalite patriot sa ? »
Paul Bérenger s’est aussi exprimé sur l’importance de l’unité, car « san linite pena lavenir ». « Pa zis linite. Bann zenn osi. Nou bizin interess bann zenn. Zot lavenir ki an ze. Pa pou ena lavenir pou bann zenn si zot pa donn enn koudme. Nou bizin koudme de tou bann konpozant nasion mauricien », devait-il ajouter. Concernant la campagne de l’Alliance Lepep sur le thème de la IIe République et du partage des pouvoirs, le leader du MMM a relevé que « zot pe dir de kalite koze. Enn kote Bérenger pou enn marionet ki pa pou ena pouvwar ek an mem tan zot dir Navin pe kit tou pou al Réduit kot li pa pou ena pouvwar. Be ki sannla ki pou ena pouvwar, Pinokio ? » Le leader du MMM a fait état des difficultés dans la zone euro et de la priorité de l’Alliance PTr/MMM : la création d’emplois pour les jeunes. « Nou pou ogmant saler pou bann ki pli ba e nou pou ogmant pansion otan ki kapav. Nou pa kapav depans tou larzan lor ogmantasion saler. Des investissements dans des secteurs clés de l’économie s’imposent, comme l’éducation et la formation », déclare-t-il.
Arvin Boolell, dont la candidature est confirmée dans la circonscription No 11, a demandé à l’électorat de « mett MSM dan poubel de listwar » et dénoncé « le langage communal des adversaires » sur le terrain. « Mo dimann bann zenn fer konfians dan nou program. Demagozi pa amen nanye, nou ki ena sibstans. Nou ki pou kree la risess », devait-il conclure.