Le supermarché Intermart a tourné une nouvelle page de son histoire en dévoilant sa nouvelle identité visuelle. Désormais, l’enseigne sera connue comme « Intermart Partenaire Intermarché », revendiquant ainsi son partenariat avec Intermarché, le géant de la grande distribution en France. Comme l’a fait ressortir Andrew Sin, le directeur général de l’enseigne. « Nous avons une ligne de conduite, qui est celle de combattre la vie chère. Combat que nous menons au quotidien. Avec la croissance soutenue de ses six dernières années, nous avons pu nous concentrer sur trois axes importants, dont le rapport qualité-prix et le choix des produits. »
Lancé en 2011, Intermart a vu le jour grâce à trois commerçants visionnaires, soit Ignace Lam, Stéphane How Hong et Alain Lam, et ce tout en bénéficiant d’un partenariat avec Intermarché, l’enseigne française. Lorsque Intermart avait été créé, l’idée première était de se démarquer et, surtout, de proposer des prix compétitifs. D’où leur association avec Intermarché, qui leur permet de bénéficier de produits de qualité adaptés aux normes européennes sous le label « Sélection des Mousquetaires », permettant ainsi aux consommateurs de bénéficier d’un bon rapport qualité-prix.
Pour Ignace Lam, président d’Intermart, il y a eu plusieurs « longs chemins » parcourus par Intermart « pour défendre le pouvoir d’achat des Mauriciens ». Il développe : « On a ouvert à Ébène, Curepipe, Bagatelle et, aujourd’hui, on est à Grand-Baie, Beau-Bassin, Quatre-Bornes et Calodyne. Nous allons ouvrir notre huitième enseigne  prochainement à Floréal. » Dans le même ordre d’idées, Ignace Lam poursuit  que Intermart comprend 600 collaborateurs et que le résultat obtenu « est le fruit d’un dur labeur et d’un gage de confiance quotidien ».
Pour Yves Audo, président d’Agromousquetaires-Intermarché, cette « fructueuse collaboration » avec Intermart Partenaire Intermarché repose sur la confiance et le respect mutuel. « Les produits de la “Sélection des Mousquetaires” trouveront leur place dans le quotidien des Mauriciens. Ces produits sont aux normes françaises, qui impliquent chaque année  des milliers de tests microbiologiques, sensoriels et de performances, ainsi que plusieurs centaines d’audits de qualité dans nos usines afin de garantir la sécurité alimentaire. » Des formations sont aussi en cours pour les métiers, laisse également entendre Yves Audo. Dans le même sillage est aussi prévue la mise en place de nouveaux concepts dans les magasins  Intermart Partenaire Intermarché. Le groupe vise  aussi à travailler avec les PME tout en formulant le souhait de voir les produits fabriqués à Maurice avoir une portée internationale sur la plateforme d’Intermarché à l’export.