Un regroupement des dix-neuf fédérations sportives olympiques de l’île est en gestation. Une séance de travail a eu lieu en ce sens la semaine dernière entre les représentants d’une dizaine de fédérations nationales.
« Following a meeting at the IOIG in Seychelles, the idea of setting up an Association regrouping all the 19 Olympics Sports Association was discussed to give all the Sports Association a common platform for sharing of information for the advancement of Sports », peut-on lire dans la correspondance aux fédérations concernées.
Rendez-vous est pris à Maurice pour approfondir les discussions. Chose faite la semaine dernière. Environ dix disciplines étaient représentées jeudi dernier. Les autres se sont fait excuser en raison de leurs absences au pays vu qu’ils sont actuellement au Mozambique pour accompagner leurs athlètes pour les 10es Jeux d’Afrique.
Toujours est-il que plusieurs points ont été discutés dont le principal concerne les finances. « Il n’est un secret pour personne que les f?d?rations nationales sont confront?es ? de s?rieux probl?mes financiers. Nous devons compter sur l’aide financi?re du minist?re de la Jeunesse et des Sports. Souvent, c’est insuffisant pour mener ? bien nos diff?rents projets de d?veloppements », nous a confié un président de fédération présent.
Ce dernier affirme que la situation s’est davantage compliquée depuis l’institution de la Corporate Social Responsability (CSR) imposée aux compagnies. « ?a a tu? le sponsorship. Par ricochet, les f?d?rations souffrent ?norm?ment. C’est pour cette raison que nous avons propos? d’?crire au ministre des Finances pour que chaque f?d?ration soit CSR accredited », poursuit notre interlocuteur. Chaque fédération se chargera d’écrire à Xavier Luc-Duval afin de solliciter une rencontre avant la présentation du Budget.
« De par cette d?marche, nous voulons devenir ind?pendants financi?rement. Si nous voulons progresser et atteindre le haut niveau, il faudra investir massivement et judicieusement. Comme c’est le cas en Afrique du Sud o? les fonds g?n?r?s de la loterie sont revers?s dans le sport. Ce qui explique en grande partie l’existence de plusieurs Centres d’excellence », ajoute de son côté un secrétaire d’une fédération très en vue ces derniers temps.
Outre l’aspect financier, les dirigeants présents ont évoqué le partage des connaissances entre les fédérations sportives, le soutien financier et logistique des instances africaines et internationales, l’utilisation des institutions secondaires pour les entraînements des jeunes, une meilleure coordination au niveau de la formation des jeunes et les amendements qui seront apportés au Sports Act 2001.
Il se trouve qu’une autre réunion sera fixée prochainement, soit au retour des délégations des Jeux d’Afrique. Les membres (chaque fédération peut déléguer son représentant, pas obligatoirement le président) auront à décider de l’appellation de cette nouvelle instance. Un comité exécutif sera aussi élu.