Après Red Roses For The Bride qui a gagné le Kavi Vadamootoo Book Prize 2011 pour la meilleure fiction en anglais, Jag Ankiah revient avec The Reasons Of The Heart. Un roman qui nous fait suivre Rashi, une jeune femme qui vient tout juste de rentrer à Maurice après ses études supérieures en Angleterre. Désirant retrouver sa vie d’antan, elle a hâte de renouer avec ses vieilles amies Lisa et Claire. Toutefois, elle ne tarde pas à découvrir que l’une d’elles est entre la vie et la mort…
Fraîchement graduée, Rashi a pleins de projets en tête. Mais tout change quand elle apprend que son amie Lisa lutte entre la vie et la mort. Cette dernière n’a pas pu supporter que son amoureux l’ait quittée pour une autre. Du coup, elle a tenté de mettre fin à ses jours en se privant de nourriture. Rashi se met alors en tête de réconcilier les amoureux, une mission qui s’avère difficile. Car bien qu’il ait toujours des sentiments pour Lisa, Tarun ne peut aller contre la volonté de son père. De plus, sa nouvelle petite amie, Nihira, est une jeune femme arrogante qui ne compte pas lâcher prise aussi facilement. Jalouse comme une tigresse, elle est prête à tout afin de conserver Tarun.
A la différence des autres romans de Jag Ankiah, The Reasons Of The Heart a pour protagoniste une jeune femme. Avec son style d’écriture à la première personne, Seewannah Ankiah, de son nom de plume Jag Ankiah, nous confie qu’écrire ce livre n’a pas été de tout repos. « J’ai pensé que cette fois-ci il fallait du changement. Entrer dans la peau d’une femme et voir les choses de sa manière. C’était vraiment challenging. Je suis assez âgé et j’ai voulu penser et réagir comme une jeune fille. J’ai dû faire beaucoup de recherches. J’ai parlé à beaucoup de femmes », nous explique l’auteur.
Le livre, dit notre interlocuteur, traite de la vie quotidienne des Mauriciens. Il met l’accent sur le thème de l’amour et du mariage, et aborde également l’angoisse, la séparation, la jalousie et le racisme.
M. Seewannah estime que n’importe qui pourra s’identifier à son roman : « Beaucoup de jeunes se reconnaîtront dans l’histoire. Ce qu’ils ont vécu ou éprouvent. Il y a aussi le conflit des générations et ce qui se passe actuellement à Maurice. C’est un reflet la société mauricienne ».