L’Association mauricienne de tennis de table (AMTT) a accueilli, depuis la fin de l’année dernière, un nouveau pensionnaire en la personne de Léo Liévrot. Ce dernier, qui évoluait jusqu’à son arrivée à Maurice au Bayard Argentan en France, s’est installé depuis novembre dernier à Maurice avec ses parents.
Dès son arrivée, Léo Liévrot, dont la mère est mauricienne, selon le site www.ouest-france.fr, a donc contacté l’AMTT. Pour preuve de son niveau, sa victoire en septembre dernier contre le 243e français, Lucas Moland, lors d’une rencontre de Nationale 1. « À ce que nous avons vu, c’est un bon joueur qui possède une bonne technique », laisse entendre l’entraîneur national, Rajessen Desscann.
Pourtant, si le technicien reconnaît son niveau, il ne veut pas faire de plans sur la comète. « Il ne s’agit pas de l’intégrer tout de suite à l’équipe, même si tout va dans la bonne direction. Nous voulons voir comment il évolue ». Pour cela, le comité technique de l’AMTT compte l’intégrer à la D1, qui commencera dans deux semaines. « Il faut le voir dans une situation de compétition avant de faire un quelconque pronostic ».
Au départ, il devait faire partie de la D3, mais les techniciens lui ont donné une wild card pour la D1. « Il a un bon niveau. Nous voulons le mettre à l’épreuve de notre élite et aussi mesurer notre élite à Léo Liévrot ». À long terme, l’AMTT souhaite, si les résultats sont positifs, l’intégrer dans la sélection nationale. « Il a des qualités qui méritent d’être exploitées. Pour l’instant, il est bien parti ».
Mais le vrai test pourrait survenir plus vite que prévu. Une fois passé la cap de la Ligue locale, la sélection devra s’atteler à trouver sa vitesse de croisière en vue de l’étape du World Junior Circuit et des championnats d’Afrique cadets et juniors en avril prochain.
Licencié au Bayard Argentan depuis qu’il a huit ans, le pongiste, aujourd’hui âgé de 17 ans, voulait surtout évoluer en Pro B. « Je pense que ç’aurait été possible en m’entraînant un peu plus. Au club, on m’a toujours dit de ne rien lâcher et que l’entraînement finissait par payer », confiait-il au site www.ouest-france.fr avant de venir poser ses bagages à Maurice.
L’AMTT se réjouit d’ores et déjà. « Le projet est en bonne voie. C’est un joueur de calibre et il pourra aider la sélection pour les compétitions ». L’année dernière, tous les techniciens s’accordaient à dire que les places pour les JIOI coûtaient cher. Avec l’arrivée de Léo Liévrot, les prix viennent encore de prendre l’ascenseur.