Certains se plaignent qu'à l'ouverture du bureau de la NTA, il n'y a déjà plus de ticket...

La file d’attente démarrerait dès 4h du matin suite à la proposition de milliers de nouveaux numéros personnalisés

La proposition, depuis peu, de milliers de nouveaux numéros personnalisés pour les plaques d’immatriculation couplée au transfert de ce service vers une antenne de la NTA à Autocheck, Plaine-Lauzun, suscite des remous. Les demandeurs de ces numéros personnalisés, issus des quatre coins de l’île, crient leur « frustration » et leur « colère » face à la « lenteur » du système. Quelque 50 tickets seulement sont disponibles chaque jour et, selon les témoignages, « à 7 h 30, il n’y a déjà plus de ticket, certains arrivant dès 4h du matin ».

Depuis vendredi, en effet, une décision de la NTA a boosté la demande pour les plaques d’immatriculation personnalisées. De nouvelles combinaisons de deux lettres de FN à ZZ, suivies de chiffres allant de 1 à 1 000, cela sujet à certaines exceptions, sont proposées. Les réservations des numéros peuvent être faites sur Internet contre un paiement de Rs 2 000. Quant à l’achat du nouveau numéro, il coûte Rs 25 000 et doit être réglé à la nouvelle antenne de la NTA, spécialement aménagée à cet effet à Autocheck, Plaine-Lauzun. Un communiqué de la NTA précise que ce service est strictement dispensé sur une base « first come first serve ».

Depuis cette nouvelle proposition de la NTA, des automobilistes des quatre coins de l’île se ruent sur ces nouvelles combinaisons de lettres, l’ancienne liste de numéros personnalisés étant limitée au vu du nombre de véhicules sur nos routes. Le problème, c’est que le personnel affecté à ce service semble bien faible par rapport à la demande. Quelque 50 tickets sont livrés par jour. Or, considérant que, par exemple, de GA1 à GA 1000, il y a 1 000 numéros différents, et que rien que pour la série G, il peut y avoir 26 000 numéros possibles, l’alphabet comptant 26 lettres (GA-GZ), au rythme de 50 numéros par jour, ce n’est pas demain la veille que la file d’attente s’amenuisera…

Ce qui crée des « frustrations » et des tensions. Ainsi, jeudi matin, un habitant de Rose-Belle, arrivé à 9h, heure d’ouverture de l’antenne de la NTA, à Plaine-Lauzun, témoigne : « Le problème, c’est que nous n’arrivons pas à acheter une plaque personnalisée car il y a des gens qui viennent à 4h du matin pour être les premiers dans la file d’attente. On ne donne que 50 tickets par jour. Si vous êtes 51e, vous devez repasser le lendemain. Et, le lendemain, ce n’est même pas sûr que vous soyez reçu ! Autrefois, ce service était assuré à la NTA. Maintenant, on l’a transféré à Autocheck, Cassis. Le personnel fait défaut. Il aurait fallu plus de personnes pour nous recevoir. À la NTA, il y avait plus de places pour s’asseoir en attendant votre tour. C’est inacceptable qu’on paye Rs 25 000 et qu’on doive attendre autant. »

Deonarain, lui, vient de Mahébourg : « Ce n’est pas possible qu’on sorte d’aussi loin. J’ai quitté la maison très tôt, affrontant le trafic, et je n’ai pas eu de ticket ! À 7 h 30, il n’y avait déjà plus de ticket alors que le bureau s’ouvre à 9h ! Autrefois, quand c’était à la NTA, il y avait plusieurs guichets. Faites un tour à la NTA, vous verrez que c’est vide là-bas. Ici, on nous punit sous ce soleil… De plus, quand vous avez réservé un numéro, vous avez cinq jours pour payer. Cela fait quatre jours depuis que j’ai réservé un numéro… Demain, c’est le dernier jour. Et, si ce numéro est choisi par quelqu’un d’autre ? »
D’autres ne cachent pas leur mécontentement, se demandant s’ils parviendront bien un jour à obtenir le numéro réservé. « Certains s’absentent de leur travail ou prennent du retard. Il faudrait pouvoir prendre plus de personnes en un jour. À ce rythme, cette place ne sera pas désengorgée. Il faut que le commissaire de la NTA et le ministre du Transport se penchent sur ce problème », disent-ils. Sollicités pour une réaction, ni le commissaire de la NTA ni son assistant n’étaient disponibles.