Un véritable drame a frappé de plein fouet une famille britannique, dans l’île depuis quelque temps en vue de passer des vacances sous le soleil. Lors d’une excursion en mer tôt hier matin, avec comme principale attraction une baignade avec des dauphins, un des membres de cette famille, un adolescent de 17 ans, a péri dans la baie de Tamarin. Après son interrogatoire au poste de police de Rivière-Noire, le skipper du speed-boat, Jean Mervin Labonne, a été placé en état d’arrestation et inculpé provisoirement devant le tribunal de Bambous sous la charge provisoire d’homicide involontaire. Cet habitant du Morne a été par la suite relâché sous caution. À ce stade, les avancées de l’enquête policière, de même que la version d’un des témoins qui se trouvaient sur le bateau, tendent à confirmer que la jeune victime souffrait de crises d’épilepsie.
Le skipper du bateau de plaisance, réservé par ces touristes de nationalité britannique pour cette sortie matinale en mer hier matin, a été longuement interrogé par les enquêteurs du poste de Rivière-Noire dans la journée d’hier en vue de faire la lumière sur les événements dramatiques survenus dans la baie de Tamarin. À la suite de cet exercice, la décision a été prise de placer Jean Mervin Labonne en état d’arrestation, suivi d’une comparution devant la Cour de Bambous sous la charge provisoire d’homicide involontaire.
Selon la version d’un des employés de cette compagnie spécialisée, qui offre plusieurs types d’excursions en mer, tout se déroulait sans encombre jusqu’au moment où le jeune Britannique a disparu de la surface de l’eau. « Li ti pe naze trankil. Enn sel coup pas trouve li. Se dernier ler ki so mama ine dir ki so garson ine deza gagne crise epilepsie », a fait comprendre en substance ce témoin. Dès lors, c’était la panique générale sur le bateau de plaisance. Le maître à bord devait entrer immédiatement en contact avec son chef pour l’informer de l’incident qui s’est produit dans les parages de la baie de Tamarin. « Desuite ine sonne patron-la pou fer li kone seki finne arrive. En mem temps finn sonne bann autorite pou ki zot kapav vine sov garson-la », poursuit-il.
C’est alors le branle-bas de combat avec l’arrivée des plongeurs de la National Coast Guard, bénéficiant du soutien aérien de l’hélicoptère de la police. Ce n’est qu’environ 45 minutes plus tard, selon le témoin, que le corps inerte du jeune Britannique sera retrouvé. L’adolescent a d’abord été transporté au centre de santé Yves Cantin, à Rivière-Noire, avant d’être emmené au Princess Margaret Orthopedic Centre (PMOC), à Candos. Dans son témoignage au Mauricien, l’interlocuteur affirme que « tou dimoune ti lor bato, kan line truv dauphin garson-la ine saute dan dilo ». Mais, selon des sources policières approchées peu après le drame hier, plusieurs personnes se trouvaient dans l’eau et, à un certain moment, elles n’ont pas vu l’adolescent de 17 ans remonter à la surface.
Prévue initialement à 16h30, l’autopsie de la victime a été effectuée en fin d’après-midi hier au PMOC. Selon les renseignements, le Police Medical Officer a confirmé que le jeune Britannique est décédé des suites d’une asphyxie due à la noyade. D’autre part, les proches de la victime, séjournant à l’hôtel La Pirogue, ont déjà entamé les démarches nécessaires en vue du rapatriement du corps à l’étranger. Mais hier soir, aucune indication n’était disponible concernant la date à laquelle le corps serait rapatrié en vue de ses funérailles. L’enquête se poursuit.