Le projet annoncé dans le budget visant à mettre sur pied une Mauritius National Investment Authority pour gérer les Rs 130 milliards du Fonds national de pension et du National Savings Fund ne fait pas l’unanimité. Dans une correspondance adressée au Premier ministre et ministre des Finances, Pravind Jugnauth, le président de la National Trade Union Confederation (NTUC), Narendranath Gopee, réclame une réunion d’urgence avec le gouvernement pour des précisions sur cette démarche budgétaire avec des « shrouded opacities ».
Situant l’enjeu de cette mesure budgétaire, la NTUC souligne avec force que « NSF and NPF constitue workers’ monies in view of providing them with a lumpsum and a guaranteed pension at retirement » Le syndicaliste rappelle que des structures tripartites existent déjà pour la gestion de ces fonds : « We do not find any reason underlying the intention of government to create a new entity such as a Mauritius National Investment Authority to manage the surplus fund », ajoute-t-il, en regrettant l’absence de consultations de la part du gouvernement.
« It is trite that any inroad on workers’ monies lust be subject to the prior consent of the workers. In the cuircumstances, government cannot manifest any legitimate right to unilaterally decide on investment policies in a bid to sustain the Funds », ajoute le président de la NTUC, qui conteste avec véhémence que les fonds de Rs 130 milliards soient placés sous la responsabilité d’une entité privée. Il réclame un dialogue avec les syndicats avant toute décision à ce sujet.