L’enquête de la Horsepower Saga dans le cadre de l’opération Vidange à la National Transport Authority (NTA), enclenchée par la CID Metropolitan (North) de l’ASP Hector Tuyau en janvier dernier, abordera un nouveau virage en début de semaine. En effet, le ministre de l’Industrie et du Commerce, Ashit Gungah, qui a été rattrapé par cette enquête policière touchant plus de 2 000 voitures avec des Horsepower Certificates trafiqués et falsifiés, a été convoqué pour mardi à la CID d’Abercrombie pour être interrogé au sujet de la vente de sa voiture à la fin de 2010. D’autre part, le Conseil des ministres d’hier a entériné les nouvelles dispositions pour la régularisation de ces cas sans que les voitures ne fassent l’objet de saisie de la part des limiers de la police comme tel a été le cas jusqu’ici. Le ministre de l’Infrastructure publique, Nando Bodha, qui avait à ses côtés l’Attorney General Ravi Yerrigadoo, en a révélé les détails.
Des informations recueillies de sources sûres indiquent que le ministre Gungah a été convoqué, mardi, à la CID de Port-Louis Nord, avec son conseil légal pour une séance d’interrogatoire Under Warning au sujet de la vente de sa BMW. Au cours de la semaine écoulée, les enquêteurs sous la double supervision du surintendant Daniel Monvoisin et de l’assistant surintendant de police, Hector Tuyau, ont passé au peigne-fin les fichiers de la NTA au sujet de cette BMW vendue à Rs 370 000.
Ainsi, à ce jour, deux courtiers sont concernés par la vente de la voiture du ministre Gungah « sur papier blanc ». L’un des deux courtiers a déjà été entendu sur les circonstances de cette transaction alors que l’autre se trouverait actuellement à l’étranger. Dépendant de la version des faits du ministre, les enquêteurs de la police, après consultations, entérineront la décision qui s’impose.
Par ailleurs, le ministre des Infrastructures publiques, Nando Bodha demande à tous ceux qui ont apporté des modifications à leur véhicule, sans avoir au préalable informé le régulateur, de se rendre à la National Transport Authority (NTA) pour effectuer une déclaration en ce sens.
Lors d’une conférence de presse hier après-midi, le ministre des Infrastructures publiques, Nando Bodha s’est adressé à ceux qui n’ont pas notifié la NTA des modifications (tuning) effectuées sur leur véhicule. Le ministre leur demande de le déclarer au régulateur, comme le prescrit la loi sur les changements opérés au “horsepower”. C’est suite au scandale de faux horsepower certificates à la NTA que les premières dispositions avaient dû être prises début février, lorsque l’affaire a éclaté au grand jour, avec notamment des examens plus minutieux dans les centres de fitness. Cette nouvelle mesure annoncée par le ministre permettra également à ceux ayant changé le moteur de leurs anciens véhicules de rapporter ces informations à la NTA. Le Conseil des ministres a donné son aval en ce sens hier.
La NTA mettra sur pied un special desk à cet effet à compter du mardi 8 mars. Une fois la déclaration faite, le véhicule devra passer par un examen. Si celui-ci est trouvé « roadworthy » la NTA délivrera un nouveau horsepower certificate qui « sera conforme aux “particulars” de la voiture au présent », précise Nando Bodha. Ces informations seront par la suite transmises à la police qui décidera s’il y a matière à délit et s’il y a lieu d’enquêter. La police décidera si le dossier sera transmis au Bureau du Directeur des Poursuites Publiques (DPP).
Selon le ministre Bodha, il a fallu agir dans les différents cadres de la loi pour trouver des solutions pratiques, prenant en considération la complexité de la situation et le nombre de véhicules impliqués, soit « plus de 3 000 », a-t-il avancé. Ce dernier se dit convaincu que ces cas concernent ceux qui ont effectué des modifications sur leur véhicule ou les “bona fide purchases”. L’avis du Parquet a été sollicité dans cette affaire.
Du coup, dans les fitness centres, les samedis et les dimanches seront dédiés uniquement à ces types de cas, cela à partir du 13 mars. Un ingénieur du ministère des Infrastructures publiques sera présent dans les centres de fitness pour apporter une contre-vérification technique à ces examens. La Poste d’Ébène sera ouverte jusqu’à 16 h le samedi pour les paiements. Les autorités envisagent d’appliquer la même mesure pour La Poste de Curepipe. Le bureau de la NTA de Cassis sera également ouvert les samedis et dimanches.
L’Attorney General, Ravi Yerrigadoo explique pour sa part que le State Law Office est en train de travailler sur des solutions « pour qu’à l’avenir il y ait plus de certitude concernant tout ce qui touche au tuning/modifications des véhicules ».