Las d’attendre une réaction des autorités par rapport à leurs conditions de travail, les infirmiers regroupés au sein de la Nursing Association, envisagent une action syndicale d’envergure. Si d’ici le mois de janvier, aucune amélioration n’a été notée, les blouses blanches n’auront d’autres choix que de descendre dans la rue, préviennent-ils.
Depuis plusieurs mois, la Nursing Association a attiré l’attention des autorités concernées sur certaines « pratiques dangereuses » dans les hôpitaux. Mais les différentes lettres adressées aux directeurs des hôpitaux et au ministre de la Santé n’ont donné aucun résultat. Bagooaduth Kallooa, président de ce syndicat cite entre autres, le fait qu’un seul infirmier qualifié se retrouve avec une salle d’au moins 30 patients pendant le service de nuit.
De telles pratiques, souligne-t-il, peuvent mettre en danger la vie des malades. « Comment pouvons-nous offrir un service de qualité dans de telles conditions. » Plus que cela, le manque de personnel, le non-paiement des heures supplémentaires et les conditions insalubres dans certains hôpitaux ont été rapportés aux autorités en maintes occasions. « Si la situation n’évolue pas, nous n’aurons d’autre choix que d’aller vers une forte action syndicale », précise le président de la Nursing Association.
Ce syndicat prévoit de débuter ses actions par une manifestation pacifique devant l’hôpital de Rose-Belle dans deux semaines. Celle-ci sera suivie d’une manifestation similaire devant l’hôpital Jeetoo, à Port-Louis. Si d’ici le mois de janvier il n’y a aucune évolution, la Nursing Association compte descendre dans la rue. « Nous allons mobiliser tous les infirmiers et infirmières à ce sujet. »
Bagooaduth Kallooa dénonce également des « tentatives de museler le syndicat. » Selon ses dires, une personne haut placée dans le milieu de la Santé, tenterait de négocier avec des membres exécutifs de la Nursing Association, en leur demandant d’évincer le président. « La politique de divide and rule ne fonctionne pas avec nous. Nous sommes une équipe soudée. Si ces agissements persistent, nous allons révéler le nom de cette personne. »
Par ailleurs, la Nursing Association dit accueillir l’annonce faite sur le recrutement des infirmiers dans le budget. Mais, selon le syndicat, le nombre est insuffisant. Qui plus est, fait ressortir le président, il faudra attendre au moins trois ans avant que les nouvelles recrues ne soient formées et puissent commencer leur service. Il invite à ne pas confondre entre un étudiant et un infirmier qualifié.