La nutrition bio n’est pas encore suffisamment ancrée dans les habitudes alimentaires mauriciennes. La rareté des produits et leurs prix plus élevés font qu’ils ne sont pas très prisés. Les produits sont cependant garants d’une meilleure santé et diminuent grandement les risques de certaines maladies.
Les aliments bios, sans produits chimiques, sont meilleurs pour la santé humaine. Qui dit moins d’intrants chimiques dit moins de risques de maladies. “L’agriculture biologique élimine un certain nombre de risques sanitaires qui résultent de l’usage ou l’abus de certains produits chimiques dans les champs. Ces produits chimiques de synthèse ont des effets négatifs sur le bon fonctionnement de notre système biologique. L’abus des pesticides est associé à certains cancers ; ou à la maladie de Parkinson, reconnue en 2012 comme maladie professionnelle pour les agriculteurs exposés aux pesticides”, confie Prity Pugo Gunsam, Associate Professor à l’Université de Maurice.
Si manger bio est déjà un grand pas vers une bonne santé, il est cependant nécessaire d’équilibrer les repas, même si, à l’heure actuelle, il est quasiment impossible d’avoir un repas à 100 % bio. “On peut se référer à un repas équilibré qui serait fait de pain (fait de farine bio), d’un gratin de légumes (légumes cultivés dans des champs qui n’utilisent que des produits biologiques et presque totalement exempts d’intrants chimiques). Notons ici, que pour fertiliser la terre et la croissance des plantes, c’est l’emploi de fertilisants organiques (du fumier) qui est nécessaire en agriculture biologique. Et pour compléter ce repas, on pourrait avoir du poulet rôti. Mais un poulet nourri avec des grains de maïs par exemple et qui sont des grains également issus de l’agriculture biologique.”