Les élèves du Queen Elizabeth College ont organisé la semaine dernière à Rose-Hill une marche pour sensibiliser la population aux dangers qui guettent sa santé. Une initiative qui cadre avec le programme du National Youth Achievement Award du ministère de la Jeunesse. Loin des livres, celles faisant partie de « l’élite du pays » ont démontré leur capacité d’autonomisation et dévouement social…
Destiné aux jeunes de 14 à 25 ans, le National Youth Achievement Award (NYAA) vise à contribuer au développement physique et intellectuel de ses participants qui sont présents dans les établissements scolaires du pays, dont au Queen Elizabeth College (QEC). Afin de briser l’image d’« élèves qui ne connaissent que la couleur des livres », les filles de ce collège rose-hillien se sont réunies pendant un mois autour d’une plate-forme dédiée à la santé.
En vue de sensibiliser la population aux dangers qui menacent sa santé, les élèves du QEC ont défilé le mardi 20 dans les rues de Rose-Hill. De la fabrication des costumes à la marche, les jeunes ont toutes travaillé dans un esprit de solidarité. Ruby Ramloll, directrice du collège, reconnaît d’ailleurs qu’elles ont fait preuve de débrouillardise. « Je n’ai rien à leur reprocher. Il y a eu une très bonne organisation. Le NYAA leur apprend à s’entre-aider et à respecter des valeurs importantes de la vie. Elles ont le soutien de la direction, mais elles se débrouillent parfaitement », lance-t-elle.
La marche de prévention des collégiennes du QEC a bénéficié du soutien des autorités compétentes, notamment la force policière. Karen, une des élèves, nous explique d’ailleurs les différentes démarches entreprises pour la concrétisation de leur action. « Nous avons d’abord informé la police et la municipalité de Beau-Bassin/Rose-Hill. Ce n’est que quand toutes les autorisations ont été obtenues que chaque responsable de classe a commencé à travailler sur un sujet lié à la santé », explique la jeune fille, précisant que l’équipe n’a rencontré que quelques difficultés durant la préparation de la marche.
Au départ, explique Karen, il s’agissait d’une marche à laquelle uniquement quelques classes devaient participer. « Au final, c’est tout le collège qui a souhaité y prendre part. » Et à Pallavi de renchérir : « Le NYAA est quelque chose de très important pour nous en tant que citoyennes. Le programme nous apprend à nous débrouiller. De plus, le concept est une bonne façon pour nous d’apprendre le respect envers la nature à travers des randonnées. Il nous encourage aussi à organiser des manifestations sur des thèmes comme la santé, l’écologie, la violence… »
Les costumes fabriqués par les filles du QEC étaient hauts en couleur – légumes, poubelles ou seringues, entre autres. « La plupart de nos déguisements sont faits à la main. Cette activité nous a permis de travailler en groupe et de créer un esprit d’équipe », soutient Pallavi. Ameera, autre élève, explique : « Nous ne participons pas à cette marche pour faire bonne impression mais pour remettre en question nos habitudes alimentaires et sensibiliser aux maladies qui peuvent toucher tout un chacun. »
Plusieurs collégiennes n’ont pas manqué de saluer le thème retenu par leurs camarades participantes du NYAA. « La santé était un bon thème. Il y a toujours du nouveau à ce sujet… Il est donc important de s’informer et d’informer. Toute la population est concernée ! » souligne l’une d’elles.
Ambiance festive
L’atmosphère qui régnait mardi dans les rues de Rose-Hill n’a laissé personne insensible avec plus de 600 filles scandant des slogans sur la santé. Alors que certaines lançaient « Manger sainement prolonge la durée de vie », d’autres disaient « Non à la transmission du VIH/Sida ». Un van diffusant de la musique accompagnait les élèves motivées à faire passer leurs messages. Des brochures avec des informations sur la santé ont par ailleurs été distribuées au public.
Parmi les voix qui s’élevaient durant la marche, on pouvait entendre celle d’une jeune fille qui voulait sensibiliser à l’importance d’une bonne hygiène. « Enn bon ligienn koumans par enn bon lanvironnman », souligne-t-elle, ajoutant que « j’avais hâte de participer à cet événement. Je voulais voir la réaction des gens et s’ils seraient sensibles à notre démarche et y porter attention ».
Les organisatrices de la marche se disent quant à elles très satisfaites. « Nous avons bénéficié de la collaboration de tout le collège. C’est ce qui a contribué à une bonne ambiance. Plusieurs personnes se sont aussi arrêtées pour voir ce qu’il y avait sur nos pancartes… » Des piétons ont d’ailleurs déclaré que de telles initiatives devraient être encouragées. « Elles sont sur la bonne voie », a lancé l’un d’eux en soulignant le prestige du NYAA. « Le NYAA forge beaucoup le caractère d’une personne. J’ai moi-même participé à ce concours qui n’est pas très facile. La partie pratique demande beaucoup de temps au niveau des rapports à écrire sur les différents thèmes, et pour les démarches qui doivent être faites. »
Après la marche, qui a duré environ une heure, les filles du QEC ont regagné dans la discipline leur établissement où des rafraîchissements les attendaient. Des rafraîchissements préparés selon les normes en vigueur afin de manger sainement et favoriser des repas équilibrés.
Les professeurs-accompagnateurs soulignent pour leur part que « les collégiennes du QEC ont défilé dans le but de créer leur propre avenir ». Pari réussi donc pour ces élèves qui soutiennent que si l’occasion se représente elles n’hésiteront pas à refaire entendre leurs voix.
———————————————————————————————————————————
NYAA : une formation à vie
Le National Youth Achievement Award (NYAA) est un programme de développement personnel des jeunes de 14 à 25 ans. Il vise à les responsabiliser à travers quatre sessions (Service, Adventurous Journeys, Skills et Physical Recreation) et trois niveaux (Bronze, Silver et Gold).
Placé sous l’égide du ministère de la Jeunesse, le NYAA est aussi connu comme l’International Award Programme for Young People. Le programme était auparavant appelé le Duke of Edinburgh Award Scheme. Il est présent dans 126 pays et plus de six millions de jeunes y ont participé à ce jour.
Le NYAA a le mérite de rassembler de jeunes citoyens des quatre coins du pays afin de relever un défi personnel. La création du programme remonte à plus de 40 ans. À Maurice, il a été introduit par deux détenteurs de la médaille d’or, membres de l’International Voluntary Service : Marygold Humphries et Trevor Smith. Ce programme ne cesse de séduire les jeunes Mauriciens. À la fin de chaque programme du NYAA un certificat est remis aux participants.
Le NYAA offre à ses membres un programme équilibré, non compétitif avec des activités volontaires qui encouragent la découverte personnelle et la croissance, la confiance en soi, la persévérance, la responsabilité et le service à la communauté. Bien que les activités se déroulent sur plusieurs années, les jeunes participants profitent des vacances scolaires pour achever leur programme et favoriser la franche camaraderie. Ils en parlent comme d’une formation à la vie.
Initiation à la force policière, simulation de sauvetage, réflexions sur divers thèmes liés à leur quotidien, le NYAA met en avant des aspects qui ne sont pas exploités sur les bancs de l’école. De nombreuses récompenses sont régulièrement attribuées aux participants tout au long de l’année dans divers établissements scolaires mauriciens. De plus, des échanges ont aussi lieu entre les pays participants. Un élément qui encourage les jeunes à s’intéresser de plus près au programme.
———————————————————————————————————————————
Activités
Les activités proposées pour le NYAA sont nombreuses et varient selon les sessions. Outre les formations et sessions de life skills, d’autres activités sont prévues afin de permettre aux participants de compléter leur programme. Parmi, les expéditions, où la randonnée pédestre et le camping sont rois. Des méthodes écologiques pour le camping et la nourriture sont utilisées. Au programme, figure également le développement du sens de la discipline. Les participants sont ainsi guidés par des accompagnateurs à chaque étape de leur parcours. Ils apprennent à vivre avec l’essentiel, en groupe et développent le sens de la débrouillardise. Pendant les camps, ce sont les participants qui composent le menu des différents repas. Le ministère de la Jeunesse et des sports souligne que le NYAA n’a aucun impact négatif sur la performance académique des collégiens.