A partir de cette semaine, Navind Kistnah, qui a été rapatrié du Mozambique à Maurice par l’Anti Drug and Smuggling Unit (ADSU), consignera officiellement sa version des faits au sujet du trafic d’héroïne dans des compresseurs. Il est inculpé de deux charges provisoires, soit l’importation par le truchement de Brilliant Resources Consulting Ltd de Geanchand Dewdanee et de Sibi Thomas, de 135 kilos d’héroïne dans six compresseurs le 9 mars dernier et de 20,3 kilos de drogue dans deux compresseurs le 24 mars. Toutefois, il n’est un secret pour personne que le dénommé Navind Kistnah « ine fini koz saki li bizin koze ».
A partir de demain et dépendant des dispositions arrêtées, le suspect enregistrera officiellement en présence de ses hommes de loi, Mes Rama Valayden et Neelkant Dulloo, ses aveux démantelant ce réseau de trafic de drogue avec probablement en conclusion une demande d’immunité à être sanctionnée par le Directeur des poursuites publiques (DPP).
A ce jour, de strictes mesures de sécurité et de contrôle sont adoptées pour l’incarcération de Navind Kistnah dans une des cellules disponibles au QG de l’ADSU aux Casernes centrales. Seuls quatre hauts gradés, en l’occurrence le Deputy Commissioner of Police Choolun Bhojoo, le surintendant Azima et les ASP Ramgoolam et Hosanee, sont autorisés à communiquer avec le détenu et personne d’autre et même pas l’officier de l’ADSU de garde devant la cellule. Néanmoins, à ce jour, la direction générale de l’ADSU est déjà en présence des indications complètes quant à l’identité des cerveaux derrière ces deux tentatives d’importation d’héroïne aussi bien que les ramifications du réseau.
En principe, dès cette semaine, Navind Kistnah devra confirmer que le parrain des parrains ne serait nul autre que Peroumal Veeren, qui fait partie de la liste des big bosses dénoncés. C’est ce qu’il aurait laissé entendre aux deux officiers de l’ADSU, qui ont procédé à son arrestation à Maputo, Mozambique, et assuré son transfert à Maurice le week-end dernier. Cette liste pourrait contenir une quinzaine de noms. Avec ces mêmes informations, l’ADSU a déjà appréhendé trois suspects, dont un habitant de Coromandel, Imteeyaz Baccus. Ce dernier est accusé par le courtier maritime d’avoir importé de l’héroïne, notamment les 20,3  kilos du 24 mars dernier. Ce suspect rejette les accusations et parle de vendetta pour une dette de Rs 300 000 non remboursée par Navind Kistnah.
Les prochains jours devraient s’avérer de nature cruciale dans le démantèlement du réseau d’importation de drogue dans des compresseurs. Navind Kitstnah, qui lorgne le statut de Star Witness, devra se mettre à table pour des dénonciations formelles. Ses hommes de loi ont déjà pris des dispositions pour répondre à l’appel de l’ADSU pour des séances d’interrogatoire. La police s’apprête à résoudre un problème de logistique, car ces séances devront être enregistrées en vidéo et seule la Major Crime Investigation Team (MCIT) est dotée de ces facilités techniques.
Une fois ce problème résolu, le marathon des révélations de Navid Kistnah démarrera avec la classe politique suivant de près l’évolution de cette enquête susceptible de reléguer au second plan les travaux de la Commission d’enquête sur la drogue.