Geneviève Bérenger, mère de Paul Bérenger, et considérée affectueusement comme la Marraine des Militants, est décédée hier à l’âge de 93 ans.
Avec elle, c’est un témoin privilégié de l’histoire du Mouvement Militant Mauricien et plus particulièrement de vie politique de Paul Bérenger qui s’en va. Geneviève Bérenger a suivi avec affection et souvent avec angoisse et inquiétude la carrière politique de son fils. Elle était détentrice d’une riche correspondance que lui adressait son fils alors qu’il était en Europe dans les années 1960. Dans un de ses courriers, Paul Bérenger exprimait son ambition de faire une révolution pacifique, la lettre devait être manipulée par la suite par la police d’alors. « Marraine était une mère pour nous tous et avait une affection sincère pour tous les Militants », nous confiait ce matin Alan Ganoo le leader de l’Opposition. « On ne pouvait faire comme si de rien n’était et continuer nos activités business as usual. C’est pourquoi nous avions décidé dans un premier temps de ne pas présenter de Private Notice Question. Nous avions par la suite suggéré au Premier ministre de ne pas organiser de séance parlementaire du fait que tous les parlementaires du MMM seront pris par les funérailles et n’auraient pas le coeur aux débats parlementaires. Nous sommes heureux que le Premier ministre ait accepté et a renvoyé la séance parlementaire à demain, mercredi », explique le leader de l’Opposition qui considère que « ce sera une manière digne de rendre hommage à cette grande dame ».
Prem Nababsing, ancien dirigeant du MMM, garde de Marraine le souvenir d’une fidélité sans faille. « J’allais régulièrement chez Paul Bérenger alors qu’il habitait à côté de l’Église du Rosaire. Marraine était toujours là pour nous accueillir. Après la mort de son époux dans les années 1970, elle a déménagé à Curepipe et Paul Bérenger est allé habiter à River Walk. »
Jayen Cuttaree se souvient de l’amour qu’avait Marraine pour tous les Militants. « Elle était la Marraine de tous les Militants », nous confie-t-il. Cassam Uteem raconte que son premier contact avec Marraine a été lors d’un forum dont un des principaux orateurs était Maurice Lesage, qui lançait des critiques personnelles contre Paul Bérenger. « Cela l’avait mis dans tous ses états. Elle défendait son fils bec et ongles. Elle était une grande dame, une grande militante qui servait d’exemple à tous les Militants », confie l’ancien président de la République.
Siven (Sylvain pour les Français) Ramsamy qui a été un des dirigeants du MMM et qui a passé une année en prison pendant les années de braise se souvient de Geneviève Bérenger comme d’une grande combattante. « Sybille Masson et elle ainsi que toutes les mères de ceux qui étaient les prisonniers politiques du régime d’alors sont des femmes-courages qui non seulement nous ont accompagnés tout le temps que nous étions incarcérés mais qui gardaient la lutte vivante à l’extérieur. Marraine était présente dans toutes les grèves de la faim, les manifestations et les grands moments », nous dit Siven Ramsamy. Les membres de la VIPSU, affectés auprès de Paul Bérenger en sa capacité d’ancien Premier ministre, nous parlaient souvent de la mère de Bérenger comme d’une personne extrêmement rigoureuse. Comme son fils, nous a fait remarquer l’un d’eux un jour. L’un d’entre eux nous confiait un jour qu’alors que Geneviève Bérenger séjournait à River Walk, tous les détails de sa journée heure après heure étaient préparés dès le matin méticuleusement lorsqu’elle avait à sortir. « Son programme était suivi à la lettre », nous a-t-il confié.
La plupart des dirigeants politiques, à commencer par le Premier ministre, Navin Ramgoolam, et son épouse, Veena, des ministres, des parlementaires et des responsables de tous bords politiques ont rendu un dernier hommage à Geneviève Bérenger ce matin. Ses funérailles auront lieu 16 heures cet après-midi en l’église de Sainte Thérèse, Curepipe.
À toute la famille Bérenger et à Paul Bérenger, Le Mauricien présente ses plus sincères condoléances.