Suspendu par son employeur en 2013 en attendant de passer devant un comité disciplinaire à la Private Secondary School Authority (PSSA) pour avoir demandé à des élèves d’effectuer des travaux privés contre paiement, Leckram Lotun, le recteur de MEDCO Trinity, n’a pas été blanchi par cette instance, mais conserve son titre de recteur et travaille depuis quelques mois dans un collège d’État.
Pour rappel, cette affaire remonte au premier trimestre 2013 à la suite de graves dénonciations faites par un groupe d’élèves de Medco Trinity auprès de différentes autorités (MEDCO, Ombudsperson for Children, Prime Minister’s Office, PSSA). Ces élèves avaient allégué en donnant force détails que M. Lotun leur avait proposé du travail contre paiement pour le compte d’une entreprise commerciale spécialisée dans le nettoyage de réservoirs d’eau. L’enquête menée par MEDCO concernant ces allégations avait conclu qu’il y avait suffisamment de « preuves » contre lui. Sur la base du rapport obtenu, le board de MEDCO a suspendu M. Lotun de ses fonctions et référé le dossier à la PSSA pour la mise sur pied d’un comité disciplinaire. Soulignons que cette affaire avait fait l’objet d’une question parlementaire de l’opposition.
Toutes les parties concernées avaient déposé devant ce comité, y compris des élèves. Ce comité disciplinaire, présidé l’avocat Ramburn, a rendu son rapport depuis quelques mois déjà. Voilà ce qu’on peut y lire : « The nature of the charges is such that we would not have hesitated to recommend for the dismissal of M. Lotun. » La direction de MEDCO avait demandé le renvoi de cet employé mais le comité disciplinaire souligne dans son rapport le délai et procédures fixées par l’Employment Rights Acts 2008 pour une telle demande. « The employer will have to consider if the time limits imposed under the Employment Rights Acts 2008 have been followed ». Le comité disciplinaire demande à l’employeur de bien voir avec ses conseillers légaux si le temps pris pour loger les charges contre M. Lotun ne serait pas en violation avec les règlements en vigueur de peur qu’un éventuel renvoi ne soit « injustified » selon l’Employments Act 2008.
Mais dans son rapport le comité disciplinaire est d’avis que l’employeur dans une telle situation peut prendre d’autres sanctions, autres que le licenciement, à l’encontre de cet employé. « The employer may however take as a form of action such as withholding of increment and the likes », suggère ainsi le board disciplinaire.
Leckram Lotun conserve son titre de recteur et a retrouvé le chemin de l’école mais il serait en poste dans un collège d’Etat.